•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des citoyens du Pontiac demandent l’embauche de professionnels de la santé en milieu rural

L'entrée de l'urgence de l'Hôpital du Pontiac.

La proposition des citoyens vise à trouver une solution aux bris de service récurrents à l'Hôpital du Pontiac à Shawville (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des résidents proposent que des gestionnaires soient basés à l’Hôpital du Pontiac et qu’ils aient le « plein pouvoir » pour recruter des professionnels de la santé voulant exercer en milieu rural. Le groupe citoyen Facebook La Voix du Pontiac souhaite prévenir d’autres bris de service à l’établissement régional de Shawville, notamment en obstétrique.

En entrevue à l’émission Les matins d’ici, la porte-parole Josey Bouchard estime que ces ruptures dans les soins de santé sont inacceptables. On a besoin d’un pas de plus pour s’assurer que les services de proximité se donnent, estime-t-elle.

Tant qu’il n’y aura pas une certaine gestion plus localisée pour vraiment bien vendre ça, il n’y a rien qui va se faire.

Josey Bouchard, porte-parole, La Voix du Pontiac

Durant la longue fin de semaine, un deuxième bris de service en obstétrique en moins de deux semaines fait en sorte que les femmes enceintes sur le point d’accoucher doivent être redirigées vers l’Hôpital de Gatineau ou celui de Pembroke, en Ontario, selon leur lieu de résidence.

Deux réalités différentes

Josey Bouchard dénonce le peu de résultats dans sa région de la réforme lancée par l’ex-ministre de la Santé, Gaétan Barrette. Selon elle, les changements n’ont pas tenu compte des différences entre les soins donnés en zone rurale et ceux prodigués en zone urbaine.

Les gens ici sont très polyvalents, portent plusieurs chapeaux. Nos médecins font le choix de devenir des spécialistes de tout, parce qu’en [milieu] rural, on est confronté à tout. La même chose pour les infirmières. Donc, on ne peut pas recruter les gens de la même façon, soutient Mme Bouchard. Ce qu’ils vont faire, s’ils persistent dans le modèle qu’ils ont là, c’est qu’ils vont finir par tuer notre hôpital.

Mme Bouchard craint même une débandade. Quand il n’y a plus d’obstétrique, ce n’est plus nécessaire d’avoir de la chirurgie. On va être une espèce de petite clinique; on transfère tout le monde en ville ou on les envoie en Ontario pour avoir leurs services, craint-elle.

Je ne suis pas une résidente d’une zone secondaire, je ne suis pas quelqu’un qui, parce qu’elle habite en [milieu] rural, n’a pas droit aux mêmes services que les gens de la ville, conclut Mme Bouchard.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais indique par courriel que moins de cinq femmes ont été touchées par le bris de service.

Nous avons néanmoins pris les mesures nécessaires en mettant en place un corridor de service vers l'Hôpital de Gatineau. Concernant la proposition, nous sommes à la recherche de solutions durables pour le service d'obstétrique à l'Hôpital du Pontiac, peut-on y lire.

Ottawa-Gatineau

Établissement de santé