•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une série sur l'enquête du meurtre de Sandra Gaudet à Val-d'Or

Hugues Duguay et Billy Taillefer

Photo : Avanti Groupe / Karine Dufour

Radio-Canada

Billy Taillefer et Hugues Duguay, qui avaient été accusés du meurtre de l'adolescente Sandra Gaudet en 1990 à Val-d’Or étaient de passage à Tout le monde en parle, hier (dimanche).

Leur histoire et le travail policier qui a mené à leur arrestation font l'objet de la série documentaire Meurtriers sur mesure. Cette série démontre comment une partie des preuves ont été dissimulées pendant les procès afin de cacher des éléments qui contrediraient leur culpabilité.

Les policiers partent avec une idée et ne la lâchent pas, souvent parce que c'est la seule qu'ils ont au départ, et ils vont essayer de la confirmer même si l'enquête les contredit.

Le criminaliste Richard Dubé, expliquant la « vision tunnel » des policiers dans l'enquête sur le meurtre de Sandra Gaudet.

La productrice de la série Ysabel Chevrier explique que l'idée de la série lui est venue en lisant l'ouvrage L'énigme de Val-d'Or : Meurtriers sur mesure, écrit par l'expert en criminologie Jean-Claude Bernheim en 2017.

Sandra Gaudet

Sandra Gaudet

Photo : Radio-Canada / Archives

À la lecture de sa recherche, j'ai été complètement bouleversée et indignée, raconte-t-elle. À la suite de ça, on a décidé d'aller rencontrer les familles Taillefer, Duguay et Gauget, comprendre, en fait, comment le corps policier, un procureur et un juge ont pu contourner la loi pour arriver à faire condamner deux innocents.

Preuves cachées

Le criminaliste Richard Dubé affirme pour sa part que plusieurs preuves, qui auraient permis de retrouver le ou les meurtriers, ont été dissimulées.

Je vous donne un exemple, dit-il. Au lendemain du meurtre et de la découverte du corps de Sandra, un chauffeur de taxi va voir les policiers en disant "J'ai vu cette jeune fille dans une voiture brune américaine avec deux bonhommes, elle m'a même envoyé la main en détresse. Les policiers ont cette déclaration-là, ils la cachent.

M. Dubé mentionne un autre témoignage important que les policiers aurait caché.

Deux autres personnes, un homme une femme qui vont faire de la raquette sur le chemin des carrières où le corps est trouvé, ces deux-personnes-là se rendent au poste de police le lendemain de la découverte du corps et viennent dire aux policiers "Écoutez, on était sur le chemin, on a vu une voiture brune américaine avec deux bonhommes qui avaient une pelle. Ils sortaient du bois. Quand ils nous ont vus, ils ont jeté la pelle, ils sont partis." Les policiers ont cette preuve-là, ils en ont d'autres, aussi. Ils les ont cachées, déplore-t-il.

La série est diffusée sur le Club illico.

Abitibi–Témiscamingue

Procès et poursuites