•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Reprise des négociations entre General Motors et le syndicat UAW

Le siège social de General Motors, à Détroit.

Le conflit de travail coûterait quotidiennement 100 millions de dollars à General Motors, estiment des experts.

Photo : AFP / BILL PUGLIANO

Agence France-Presse

Les négociations entre General Motors (GM) et le puissant syndicat UAW ont repris lundi pour tenter de mettre fin à une grève qui paralyse la production du constructeur automobile aux États-Unis depuis le 16 septembre, a-t-on appris de sources concordantes.

Nous avons repris les discussions tôt ce matin, a indiqué à l'AFP Brian Rothenberg, un porte-parole de l'UAW (United Auto Workers), ce qu'a confirmé GM.

Nous ne pouvons spéculer sur la date à laquelle nous parviendrons à un accord de principe, a dit Daniel Flores, un porte-parole du constructeur automobile.

Les négociations entre les deux parties étaient dans l'impasse la semaine dernière, l'UAW ayant rejeté une offre de GM sur les intérimaires et la pérennisation des emplois.

Près de 50 000 salariés américains syndiqués de GM sont en grève depuis le 16 septembre à l'appel du syndicat UAW. Ils réclament des hausses de salaire et l'amélioration de la situation des salariés embauchés après le sauvetage historique du groupe de la faillite en 2009 par l'administration Obama.

Samedi, l'UAW a annoncé une hausse de 25 dollars de l'indemnisation hebdomadaire versée par le syndicat aux grévistes, à 275 dollars, et surtout l'autorisation de travailler à temps partiel ailleurs que chez GM sans voir cette enveloppe amputée, « à condition d'aider à tenir les piquets de grève », selon un communiqué du syndicat.

GM produit normalement 8400 véhicules par jour aux États-Unis. L'arrêt de production revient à 100 millions de dollars de perte quotidienne environ, calculent les experts.

Outre GM et les salariés, la grève devrait également peser sur les fournisseurs de composants automobiles, conduisant les analystes de Wall Street à réduire les prévisions de bénéfices de grandes entreprises telles que Magna, un fournisseur canadien de General Motors.

Industrie automobile

Économie