•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vingt-neuf cas de maltraitance envers les aînés dans la région

Une personne d'apparence jeune tient les mains d'une personne âgée.

Dans 75% des cas de maltraitance envers les aînés c'est un membre de la famille qui tente d'abuser financièrement son proche.

Photo : iStock

Radio-Canada

Une trentaine de plaintes pour des cas de maltraitance envers les aînés ont été signalées dans les établissements de santé de la région au cours de la dernière année.

Au total, les commissaires ont traité 866 cas de maltraitance envers les aînés au Québec. C'est ce que révèle un dossier publié dans le journal La Presse qui a analysé les rapports des commissaires aux plaintes et à la qualité des services qui œuvrent dans la trentaine d’établissements de santé de la province.

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean est l'une des régions où l'on recense le moins de plaintes, mais le directeur général FADOQ Saguenay-Lac-Saint-Jean-Ungava, Patrice St-Pierre pense que c’est toujours de trop.

La FADOQ documente ces cas depuis plusieurs années et le plus fréquent, c'est une personne âgée abusée financièrement par un membre de sa famille.

Bien au fait de la situation, l’organisme a d’ailleurs mis en place des mesures préventives.

On a mis en place différents programmes comme Aîné-avisé qui vise à donner des conférences dans différents milieux pour informer les Aînés de leurs droits et qu’ils peuvent dénoncer ces situations.

Patrice St-Pierre, directeur général FADOQ Saguenay-Lac-Saint-Jean-Ungava

Le programme Aîné-avisé est d’ailleurs réalisé avec l’aide de la Sûreté du Québec.

Les commissaires sont chargés de traiter tous les signalements concernant la maltraitance et d’en faire le bilan annuellement depuis l’adoption de la loi visant à lutter contre la maltraitance envers les aînés, en 2017.

Les dénonciations ont mené dans certains cas à des sanctions disciplinaires ou à des congédiements. Ils ont permis aussi de renforcer les mesures de sécurité. Mais la plus grande difficulté c’est de faire sortir de son silence, la personne qui vit des maltraitances, selon Patrice St-Pierre.

Saguenay–Lac-St-Jean

Prévention et sécurité