•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une coalition s’oppose aux caméras de surveillance dans le marché By

Des véhicules d'urgence sont à l'intérieur d'un périmètre de sécurité, à l'intérieur duquel deux policiers sont en intervention devant un restaurant du marché By.

Trois fusillades mortelles sont survenues au marché By depuis le début de 2019, dont le 1er juillet (archives).

Photo : Radio-Canada / S.B.

Radio-Canada

Une nouvelle coalition de chercheurs et de militants demande que la Ville d’Ottawa rejette l’idée d’installer des caméras de surveillance dans le marché By. Ce projet fait suite à trois fusillades mortelles survenues dans le secteur depuis le début de l’année.

La Coalition Against More Surveillance, formée cet été, a lancé une campagne sur Internet pour inciter les résidents à envoyer une lettre au maire Jim Watson et aux conseillers pour exprimer leur opposition au projet.

Parmi les préoccupations évoquées, Samantha McAleese, membre du groupe, rapporte qu’un tel système de caméras serait un gaspillage d’argent, selon la coalition.

L’argent serait investi dans quelque chose qui ne fonctionne pas.

Samantha McAleese, membre, Coalition Against More Surveillance

Les informations que nous avons compilées dans différentes juridictions indiquent qu’il n’y a aucun lien entre un réseau de caméras en circuit fermé et la réduction de la violence, ajoute-t-elle.

Mme McAleese soutient que depuis le lancement de la coalition, des citoyens se sont manifestés pour s’opposer au projet. Certains préféreraient que cet argent soit investi dans des services à la communauté, ajoute-t-elle.

Respect de la vie privée

Samantha McAleese ajoute qu’un éventuel système de surveillance publique par télévision en circuit fermé (CCTV) rendrait le secteur du marché By moins accueillant.

Toute personne qui se trouverait dans une zone où les caméras peuvent la filmer pourrait être inquiète pour sa vie privée, souligne-t-elle. Si de telles caméras sont installées, le marché By deviendrait un environnement hostile pour certaines personnes.

Si la Ville d’Ottawa va de l’avant avec le projet, l’ex-commissaire à l'information et à la protection de la vie privée de l'Ontario, Ann Cavoukian, suggère de son côté que les bandes vidéo soient cryptées et remises aux policiers seulement s’ils obtiennent une ordonnance d’un tribunal.

Dans une société comme la nôtre, on ne peut pas tenir le respect de la vie privée et la liberté pour acquis.

Ann Cavoukian, ex-commissaire à l'information et à la protection de la vie privée de l'Ontario

Le respect de la vie privée constitue la base de notre liberté. Si vous valorisez des sociétés libres et démocratiques, alors vous valorisez la vie privée, souligne-t-elle.

Étude de faisabilité à venir

Début juillet, le maire Jim Watson avait donné suite à la demande du conseiller de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, pour l’installation éventuelle de caméras de surveillance dans le marché By. Certains commerçants appuyaient cette idée.

Jim Watson a par la suite demandé une étude de faisabilité, incluant une estimation des coûts, ainsi qu’une liste des emplacements potentiels des caméras.

L’attachée de presse du maire confirme par courriel que ce dernier attend l’analyse des employés municipaux.

Une note interne explorant la faisabilité d’un projet pilote de caméras de surveillance dans le marché By sera présentée au conseil municipal cet automne, écrit Livia Belcea.

D’après CBC

Ottawa-Gatineau

Politique municipale