•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vivre avec un cancer du sein incurable

Claudie Rondeau.

Claudie Rondeau.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

À l'occasion de la journée internationale du cancer de sein métastatique, Radio-Canada a rencontré Claudie Rondeau, une jeune mère de famille de Québec atteinte de cette maladie rare, mais incurable, qui a décidé de vivre à fond les moments restants.

Âgée de 38 ans, la mère de deux enfants se souvient très bien lorsqu’elle a reçu le diagnostic d’un cancer du sein métastatique, une maladie dont personne ne guérit.

C'est quand qu'elle te dit les mots. Moi j'étais avec mon conjoint. Elle a juste dit : Mme Rondeau, vous avez un cancer du sein à un stade très avancé, y'a rien à faire autre que des soins palliatifs, explique la résidente de Québec.

J'ai pleuré, sérieux, j'ai pleuré à tous les jours. Je me couchais, je me mettais à pleurer en me disant : j'vais mourir, j'verrai plus mes enfants, j'pourrai plus travailler, se rappelle-t-elle.

Claudie et sa famille.

Claudie et sa famille

Photo : Crédit : Claudie Rondeau

Vivre entourée avec le sourire

La Fondation du cancer du sein du Québec évalue qu'environ 1400  femmes vivent avec un cancer du sein incurable dans la province.

L’organisme a lancé cette année des groupes de soutien qui leur sont spécialement consacrées.

Alors qu’elle doit conjuguer avec sa nouvelle réalité, Claudie Rouleau a décidé de joindre un de ces groupes.

Je me suis dit : crime, ces femmes-là ont toutes des cheminements différents. Certaines avaient des cancers métastatiques, d'autres avaient des cancers stade 1, 2, 3, mais crime, elles ont toutes le sourire dans le visage. Là, je me suis dit : c'est comme ça que j'veux vivre la maladie.

Il s’agit d’une façon de briser le tabou qui entoure la maladie et surtout, l’isolement qui l’accompagne.

À 38 ans, c'est avec le sourire que la maman de deux enfants compte vivre les moments restants.

À 38 ans, c'est avec le sourire que la maman de deux enfants compte vivre les moments restants.

Photo : Radio-Canada

Une réalité différente

La façon d’affronter la maladie est singulière pour ces femmes qui savent qu’elles en mourront.

Les femmes qui ont le cancer du stade 4 ce sont des femmes qui ont des réalités différentes. Elles vivent avec des cancers qui sont incurables. Donc le message du combat, du « on va vaincre le cancer » ne leur parle pas, explique Émile Ayoub, gestionnaire de projets à la Fondation du cancer du sein du Québec.

Malgré tout, Claudie Rondeau a décidé de vivre à fond les moments restants. Ma priorité c’est vivre. Vivre des bons moments. Puis de l’inculquer à mes enfants, conclut-elle, remplis d’émotion.

Au Canada, seulement 2 % des fonds investis dans la recherche contre le cancer sont consacrés au cancer du sein métastatique.

D'après un reportage de Sebastien Tanguay.

Québec

Cancer