•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une mère presse le conseil scolaire catholique de Toronto d’être plus inclusif

Deux femmes souriantes et une petite fille qui grimace étendues sur une plage de sable blanc.

La fille de Cristina Tartaglia avait apporté à l’école cette photo de vacances en famille.

Photo : Avec l'autorisation de Cristina Tartaglia

Radio-Canada

Lors de la rentrée scolaire il y a deux ans, on a demandé aux élèves de la classe de maternelle de la fille de Cristina Tartaglia d’apporter une photo de leur famille.

Les photographies ont été affichées sur un des murs de la classe, une façon d’aider les petits à faire la transition des vacances d’été vers la vie à l’école.

La fille de Cristina Tartaglia a apporté une photographie d’elle et de ses deux mamans, en vacances à la plage.

La photographie est restée là pendant près d’un an, puis elle est disparue. Un membre du personnel a raconté par la suite à Mme Tartaglia qu’un collègue l’avait enlevée parce qu’il estimait « qu’elle n’avait pas sa place » à cet endroit.

J’étais saisie, dit-elle. Nous ne nous sentions plus en sécurité. La mère de famille a finalement décidé d’inscrire sa fille dans une autre école.

Cristina Tartaglia a relaté cette histoire récemment aux membres d’un comité du conseil scolaire catholique anglais qui doit déterminer si les notions comme l’identité de genre, l’expression de genre et le statut familial, seront intégrées à son code de conduite.

Dans l’affirmative, ils pourraient devenir des motifs de discrimination envers les élèves et les familles.

Les conseillers scolaires sont divisés sur la question, selon la présidente Maria Rizzo.

Mme Rizzo raconte aussi avoir reçu des douzaines de courriels de parents et de catholiques qui s’opposent à ce changement, en termes non équivoques. L’un d’entre eux considère que l’intégration de ces notions au code de conduite constituerait une grave trahison envers Jésus-Christ et la loi naturelle.

La commissaire en chef de la Commision ontarienne des droits de la personne, Renu Mandhane, a elle aussi écrit à la présidente, mais pour insister pour que les changements soient faits. « Un code de conduite permet entre autres de dire à tous les membres de la communauté qu’ils seront inclus et en sécurité », écrit-elle.

D’après les informations de Lisa Xing de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !