•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Simone Biles, une source d'inspiration pour les gymnastes québécoises

Du haut de son 1,42 m et de ses 22 ans, la gymnaste américaine a encore une fois impressionné ce week-end. Ses nombreux records en font rêver plus d'une.

Zoé Allaire-Bourgie s'entraîne au club Gymnix à Montréal et espère devenir la septième athlète à être envoyée par ce club aux Jeux olympiques.

Photo : Radio-Canada / Fannie Bussières McNicoll

Radio-Canada

Simone Biles, qui avait pris une année de pause après être repartie des Jeux olympiques de Rio en 2016 avec cinq médailles, dont quatre d'or, domine à nouveau son sport. Au cours des derniers jours, elle a fracassé plus d'un record pendant les Championnats du monde, en Allemagne, en route vers les Jeux olympiques de Tokyo avec la ferme intention de tout rafler.

Un texte de Fannie Bussières McNicoll

Elle avait déjà deux mouvements signature à son actif, mais elle présente en compétition depuis peu deux autres mouvements inédits, qui portent désormais son nom : un double salto groupé arrière avec triple vrille au sol et un double salto groupé arrière avec double vrille en sortie à la poutre. Encore une fois, l'Américaine repousse les limites.

Et les jeunes gymnastes du monde entier, y compris celles du Québec, ont les yeux rivés sur elle avec admiration. Elles sont inspirées, à l'instar de la Québécoise Zoé Allaire-Bourgie, 15 ans, qui fait partie de l'équipe canadienne de gymnastique et qui rêve d'une place aux Jeux olympiques de Tokyo en 2020. Avant elle, je n'avais jamais vu quelqu'un faire ces éléments-là! Elle m'aide à atteindre mes buts et à me pousser au-delà de mes limites, lance la jeune athlète.

Simone Biles en action à la poutre

Simone Biles a remporté pour la cinquième fois le titre de championne du monde au concours général individuel, un record inégalé.

Photo : Getty Images / Laurence Griffiths

Simone Biles est à ce point phénoménale puisqu'elle est une athlète complète, croit Katerine Dussault, une des entraîneuses de Zoé Allaire-Bourgie. C'est une gymnaste qui n'a pas seulement des qualités physiques hors de l'ordinaire. Elle a aussi une capacité à gérer la pression et l'attention, tout en ayant du plaisir, explique celle qui est aussi directrice technique et entraîneuse de haut niveau au club Gymnix.

Une adversaire et un modèle

Zoé Allaire-Bourgie reconnaît que Simone Biles fait partie d'une catégorie à part sans que cela ne la décourage pour autant. Au contraire!

Je sais qu'elle est une athlète un peu unique en son genre, mais pour moi, ça me permet de me motiver chaque jour, de venir à l'entraînement en me disant qu'un jour, j'aimerais atteindre le même niveau qu'elle.

Zoé Allaire-Bourgie

La gymnaste québécoise ne s'est pas encore frottée à Simone Biles en compétition. Mais elle hâte de se mesurer à celle que plusieurs considèrent comme la meilleure gymnaste de tous les temps.

Zoé a assisté à la première semaine des Championnats du monde à Stuttgart. Pour elle, l'Américaine est une adversaire, oui, mais un modèle aussi. « C'était vraiment impressionnant de la voir! J'ai hâte de voir comment ça va se passer, si je compétitionne contre elle. Elle ne m'intimide pas, elle ne me fait pas peur. Elle me pousse à donner le meilleur de moi-même! »

Simone, la championne qui parle de persévérance

De jeunes gymnastes en devenir dansent au son de la musique avant la fin de leur entraînement.

De jeunes gymnastes en devenir dansent au son de la musique avant la fin de leur entraînement.

Photo : Radio-Canada / Fannie Bussières McNicoll

Marianne Poirier est une ancienne gymnaste d'une vingtaine d'années qui entraîne maintenant au niveau compétitif des jeunes âgés entre 8 et 12 ans. Elle voit les yeux de ses athlètes s'allumer lorsqu'elles parlent de Simone Biles : « Quand mes jeunes gymnastes voient Simone à la télévision en compétition, elles regardent ça et disent "Moi, un jour, c'est ça que je veux faire. Je veux être comme elle!" »

Et elle souligne que Simone Biles, lors de ses interventions dans les médias, ne manque pas de lancer des messages positifs à ses jeunes idoles. « Elle encourage le travail et la persévérance. Elle rappelle que c'est en travaillant fort qu'on arrive à des résultats. C'est une inspiration pour les jeunes athlètes », ajoute-t-elle.

Une superstar qui devrait être davantage reconnue

Pierre Privé, entraîneur haute performance au club Gymnix

Pierre Privé, entraîneur haute performance au club Gymnix

Photo : Radio-Canada / Fannie Bussières McNicoll

Pour l'entraîneur de Zoé, Pierre Privé, Simone Biles fait partie de la trempe des grands champions, au même titre qu'Usain Bolt à la course ou de Michael Phelps en natation. Et si elle n'est pas aussi reconnue que ces champions, c'est notamment, selon lui, parce que la gymnastique attire moins d'attention qu'un sport professionnel, où il y a beaucoup d'argent en jeu.

C'est désormais Simone Biles, une femme, qui possède le record de médailles en championnat du monde. Il ne faut pas oublier que les femmes ont quatre engins pour gagner des médailles. Les hommes, eux, en ont six!

En effet, Simone Biles a brisé le record détenu jusque-là par le gymnaste bélarusse Vitaly Scherbo, en remportant ses 24e et 25e médailles, deux d'or de surcroît, pendant les Championnats du monde 2019 en Allemagne. Selon Pierre Privé, la reine de la gymnastique est en train de changer la perception que le grand public a de la gymnastique artistique féminine.

Les gens avaient tendance à percevoir la gymnastique féminine comme étant un peu moins spectaculaire, un peu plus facile. Simone Biles a définitivement montré que les femmes étaient en mesure de faire des éléments, des figures aussi spectaculaires que les hommes.

Il ajoute que les performances de Simone Biles permettent de donner une visibilité extraordinaire à la gymnastique tout en permettant aux gymnastes féminines de partout de dépasser leurs limites.

Gymnastique

Sports