•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un million de dollars récoltés en six ans à la course Bromont Ultra

Des personnes célèbrent leur victoire en montrant leurs médailles.

Une équipe ayant participé au Bromont Ultra 2019.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La course Bromont Ultra a permis d'amasser un million de dollars depuis la première édition de l’événement, il y a six ans. Les sommes récoltées sont remises à une vingtaine d’organismes.

Cette fin de semaine, l’événement, qui compte plus de 2000 coureurs, espérait amasser plus de 200 000 dollars.

C’est une course philanthropique où on incite les gens à courir plus et à donner plus.

Gilles Poulin, cofondateur du Bromont Ultra

Courir plus

Les participants se sont élancés toute la fin de semaine sur des sentiers de 2 à 80 km qui ont été aménagés au centre équestre de Bromont.

Un million de dollars récoltés en six ans à la course Bromont Ultra

Ils ont à courir dans des sentiers, ce n’est pas plat du tout, on a 7000 mètres de dénivelé, décrit Gilles Poulin.

Des dizaines d'ultramarathoniens ont même couru toute la nuit pour terminer une course de 160 km, ce qui équivaut à quatre marathons.

Certains coureurs ont relevé le défi en équipe. C’est le cas de Mathieu Despatie, qui fait partie d’une équipe de huit personnes qui s’est relayée jour et nuit pour terminer l’ultramarathon.

Le parcours était un peu difficile de nuit. On ne voyait pas grand-chose, on avait nos lampes mais c’était difficile et on a eu peu de sommeil, évidemment.

Mathieu Despatie, participant au 160 km en équipe

Une victoire passée inaperçue

Certains ont aussi choisi de parcourir les 160 km en solo. C’est le cas de Samuel Tousignant, dont la victoire à cette épreuve est presque passée inaperçue. L’ultramarathonien a franchi la ligne d’arrivée à 2 h 20 dans la nuit, après 19 heures et 24 minutes de course dans les sentiers.

Pauvre lui, il est arrivé seul ici pendant que tout le monde dormait ou faisait leur course, décrit Gilles Poulin.

Un bénévole qui passait par là est toutefois venu à sa rencontre et s’est excusé que son arrivée n’ait pas été soulignée.

Estrie

Course