•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des orignaux scrutés à la loupe à Rouyn-Noranda

une tête d'orignal

Le ministère de la Faune évalue déjà depuis plusieurs années la présence des tiques d’hiver chez les orignaux.

Photo : Radio-Canada / Émélie Rivard-Boudreau

Émélie Rivard-Boudreau

Le ministère des Forêts de la Faune et des Parcs et l'Université Laval scrutent les originaux tués par les chasseurs de Rouyn-Noranda. Dimanche et lundi, une collecte d'organes et une observation des tiques d'hiver s'effectuent à la station d’enregistrement d'Évain.

L'échantillonnage est aussi l'occasion d'informer les chasseurs sur la santé des orignaux.

L'étudiante de l'Université Laval, Catherine Pouchet, dépose dans un sac de plastique les organes d'un orignal qui lui ont été donnés par un chasseur.

Pour sa maîtrise en biologie, elle s'intéresse aux possibles interactions entre les parasites qui prolifèrent à l’intérieur des orignaux et les tiques d’hiver, qui s’imprègnent à la peau de l’original.

Deux femmes tenant un sac rouge

Une étudiante de l'Université Laval dépose dans un sac de plastique les organes d'un orignal.

Photo : Radio-Canada / Émélie Rivard-Boudreau

Je m'intéresse à savoir si un animal avec beaucoup de tiques va avoir plus ou moins d'espèces d'endoparasites, explique l'étudiante. Est-ce que la présence de tiques facilite les infections parasitaires ou, au contraire, est-ce qu'il y a une espèce de compétition entre la tique et les endoparasites pour la même ressource qu'est l'orignal?

80% d'orignaux parasités

Depuis 2012, le ministère estime qu’environ 80 % des orignaux de la région sont parasités par la tique. Par contre, la quantité de parasites détectée est de faible quantité, comparativement au sud du Québec.

Pour trouver le parasite, la biologiste pour le ministère en Abitibi-Témiscamingue, Caroline Trudeau scrute méticuleusement la peau de l'animal.

On écarte les poils des animaux, on regarde sur une longueur de 10 centimètres le nombre de tiques qu'on arrive à voir. À ce stade-ci de l'année, les tiques sont à un stade de larve. Donc elles sont grosses comme environ une graine de sésame, illustre-t-elle.

une tique d'orignal

Le ministère estime qu’environ 80% des orignaux de l'Abitibi-Témiscamingue sont parasités par la tique.

Photo : Radio-Canada / Émélie Rivard-Boudreau

Même si à peine quelques tiques sont repérées, certains chasseurs se montrent inquiets pour l'avenir de leur cervidé favori.

On dirait que d'année en année, ça empire. On s'inquiète, témoigne le chasseur Jacques Fortier.

Le ministère rassure les chasseurs que la tique d’hiver de l’original n'est pas porteuse de la maladie de Lyme.

Par contre, certains parasites à l'intérieur de l'orignal, qui ne sont pas nuisibles aux cervidés, peuvent l'être pour les canidés, et ainsi rendre malades les chiens des chasseurs qui mangeraient les organes.

Abitibi–Témiscamingue

Faune et flore