•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jagmeet Singh prêt à travailler avec « n'importe qui » pour défaire les conservateurs

Le chef du NPD ne ferme pas la porte à une alliance avec les libéraux pour défaire un éventuel gouvernement conservateur minoritaire, même si les conservateurs détenaient la pluralité des sièges.

Jagmeet Singh et son épouse déposent leur bulletin respectif dans l'urne.

Jagmeet Singh a voté par anticipation, en compagnie de son épouse Gurkiran Kaur, dans sa circonscription de Burnaby-Sud.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Marc-Antoine Ménard

Le chef du Nouveau Parti démocratique ne ferme pas la porte à une alliance avec le Parti libéral pour défaire un éventuel gouvernement conservateur minoritaire, même si les conservateurs détenaient la pluralité des sièges.

M. Singh, qui avait déjà indiqué qu’il ne pourrait pas appuyer un éventuel gouvernement minoritaire dirigé par les conservateurs d'Andrew Scheer, a fermé la porte à double tour, tout en ouvrant celle d'une coalition avec les libéraux, dimanche, lorsqu'on l'a relancé au sujet d'un tel scénario.

Si M. Scheer remporte plus de sièges que M. Trudeau, allez-vous demander à M. Trudeau de former une coalition avec vous, les verts et le Bloc québécois?, lui a-t-on demandé en anglais lors d'un point de presse à Surrey, en Colombie-Britannique.

Absolument, a répondu M. Singh. Parce que nous n'allons pas appuyer un gouvernement conservateur.

On est prêts à travailler avec n’importe qui, on a seulement dit qu’on ne travaillera pas avec les conservateurs.

Jagmeet Singh, chef du Nouveau Parti démocratique

Il n’y a pas de façon pour nous de travailler ensemble avec eux, avait-il dit un peu plus tôt à Burnaby. On est prêt à ne jamais appuyer un gouvernement conservateur minoritaire.

Notre dossier Élections Canada 2019

Vote par anticipation

Croyez en vous-mêmes et votez selon vos convictions, a lancé un peu plus tôt le chef du NPD en se rendant voter par anticipation dans sa circonscription de Burnaby-Sud.

Alors que le NPD semble profiter d’un léger regain dans les sondages à l’échelle nationale, M. Singh a encouragé les électeurs à voter pour des néo-démocrates qui vont « se battre pour les gens » plutôt que pour les libéraux et les conservateurs.

Il a aussi minimisé les appels de Justin Trudeau aux électeurs progressistes pour qu’ils votent pour le Parti libéral plutôt que pour les néo-démocrates ou les verts.

Pourquoi se soucie-t-il de moi? Il devrait se soucier des gens, a lancé Jagmeet Singh. Personne ne peut prendre leur vote pour acquis.

La différence entre les conservateurs et les libéraux est que les conservateurs ne cachent pas qu’ils vont faire des coupes. […] Avec les libéraux, ce n’est pas ce qu’ils disent en public, mais ce qu’ils font en privé.

Jagmeet Singh, chef du Nouveau Parti démocratique

À propos du vote par anticipation, Jagmeet Singh a mentionné qu’il pouvait se révéler avantageux pour les familles qui auraient des problèmes de services de garde d’enfants, lui dont le parti promet d’investir 10 milliards de dollars pour créer 500 000 places abordables en garderie au pays.

Peu importe la raison de le faire, Élections Canada a indiqué dimanche qu’environ 2 millions de Canadiens s’étaient rendus aux urnes lors des deux premières journées du vote par anticipation, une augmentation de 25 % par rapport à la même période en 2015.

Jagmeet Singh l’a emporté avec 38,9 % des voix dans Burnaby-Sud lors d’une élection partielle en février dernier. Les libéraux avaient obtenu 26 % des votes, tandis que les conservateurs avaient terminé avec 22,6 % de la faveur populaire. Notons que le Parti vert n’avait pas présenté de candidat.

La course avait été plus serrée lors des élections générales de 2015, alors que le néo-démocrate Kennedy Stewart, devenu maire de Vancouver en octobre 2018, n’avait devancé les libéraux que par 1,2 point de pourcentage. Les conservateurs avaient terminé à un peu plus de 7 points du gagnant.

Après Burnaby et Surrey, M. Singh se rendait à Port Moody, toujours en Colombie-Britannique, en fin de journée.

D'ailleurs, un enjeu britanno-colombien s'est invité à l'événement néo-démocrate de Surrey : un électeur visiblement en colère a interpellé le chef du NPD en l'accusant d'avoir laissé tomber les opposants au projet de gaz naturel liquéfié dans le nord de la Colombie-Britannique. Après avoir montré une ouverture envers ce projet dans le passé, Jagmeet Singh a contourné les questions depuis ce temps en misant plutôt sur son soutien au plan de lutte contre les gaz à effet de serre de la province et son opposition à l'expansion du pipeline Trans Mountain.

Avec la collaboration de Christian Noël

Politique fédérale

Politique