•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Congrès de QuébecOiseaux sur fond de préservation des espèces

Un goéland vole dans les airs.

Une trentaine de conférenciers étaient à Rimouski pour présenter le fruit de leurs recherches sur les oiseaux.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Dereck Doherty

Alors que plus de 300 ornithologues amateurs et professionnels sont rassemblés dans la région en fin de semaine pour assister au 7e congrès du regroupement QuébecOiseaux à Rimouski, des chercheurs s’inquiètent du déclin de la population aviaire au Québec et en Amérique du Nord.

À l’image du Québec et de l’Amérique du Nord, il y a beaucoup d’espèces d’oiseaux qui sont considérées en déclin, soutient Mikaël Jaffré, chercheur postdoctorant et chargé de cours à l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) et directeur de l’Observatoire d’oiseaux de Rimouski.

Il explique que les oiseaux sont relativement hauts dans la chaîne alimentaire. Donc, finalement, quand eux ne vont pas bien, en général, ça ne va pas très bien plus bas dans la chaîne, dit-il.

Une famille regarde un oiseau sur la main d'une femme.

Plus de 300 personnes ont participé au 7e congrès organisé par QuébecOiseaux.

Photo : Radio-Canada / Laurie Dufresne

C’est le même son de cloche pour David Pelletier, enseignant en biologie au Cégep de Rimouski, qui présente une portion des travaux de recherche qu’il effectue dans le cadre de ses études au doctorat à l’UQAR. Il s’agit de travaux sur la relation entre les changements globaux et la reproduction du fou de Bassan.

Le fou de Bassan : un indicateur

L’enseignant affirme que plusieurs changements mettent les populations d’oiseaux à risque, comme la diminution des proies liées au déséquilibre de la chaîne alimentaire et les difficultés de reproduction.

L'état de la population du fou de Bassan peut notamment servir d’indicateur de la qualité de l’écosystème marin et les changements auxquels il fait face, puisque les chercheurs peuvent plus aisément étudier l’espèce, souligne M. Pelletier.

David Pelletier répond aux questions d'une journaliste.

David Pelletier, enseignant en biologie au Cégep de Rimouski

Photo : Radio-Canada

S’il y a des difficultés au sein d’une espèce comme le Fou de Bassan, on peut supposer qu’il y a des similitudes avec [d’autres] espèces, dit-il.

D'autres espèces comme le goglu des prés et le bruant des prés peuvent elles aussi servir d'indicateurs de la santé de la faune dans les milieux forestiers et agricoles du Bas-Saint-Laurent, explique M. Jaffré.

Le pygargue à tête blanche et le faucon pèlerin ont failli disparaître. Y'a eu des gros mouvements citoyens et même politiques pour pouvoir changer les choses. [...] Est-ce que c'est quelque chose qu'on pourrait voir sur les limicoles? Encore faut-il qu'on ait trouvé la raison de ces déclins.

Mikaël Jaffré, directeur de l'Observatoire des oiseaux de Rimouski

Le regard de certains face à l'avenir est plutôt optimiste, toutefois. C'est le cas d'André Desrochers, chercheur au département des sciences du bois et de la forêt à l'Université Laval, qui estime que les nouvelles sont bonnes, ce qui peut être étonnant parce qu'on entend beaucoup de mauvaises nouvelles par rapport aux oiseaux.

Selon lui, une plus grande proportion d'espèces d'oiseaux sont en croissance, par rapport aux espèces qui subissent un déclin.

Au Québec, autour de 160 espèces sont en hausse, autour de 115 espèces sont en baisse.

André Desrochers, chercheur en écologie animale

Cependant, les solutions à la préservation des espèces aviaires échappent parfois aux ornithologues.

La grande majorité de nos oiseaux sont migrateurs. Ils vont passer l'hiver aux États-Unis ou plus loin en Amérique du Sud. Les phénomènes qui se passent là-bas peuvent avoir un impact majeur sur les populations. Par exemple, on pourrait avoir une situation au beau fixe ici au Canada pour certaines espèces, mais c'est catastrophique ailleurs, souligne André Desrochers.

Avec les informations de Laurie Dufresne

Bas-Saint-Laurent

Faune et flore