•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Ontarien David Mutai remporte le marathon de Québec

David Mutai, gagnant du marathon de Québec 2019.

David Mutai, gagnant du marathon de Québec 2019.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Radio-Canada

L'Ontarien David Mutai a été le premier à croiser le fil d'arrivée au marathon de Québec, dimanche matin, complétant les 42,2 kilomètres en un peu plus de 2 heures, 25 minutes.

 Ce Torontois originaire du Kenya a aussi remporté les marathons de Rimouski, Waterloo, Mississauga et Winnipeg cette année.

Il a de plus brisé un record vieux de 25 ans lors de sa victoire au marathon de la Saskatchewan en mai. 

Le Français David Vedrinne est arrivé deuxième, avec un temps de 2 heures, 31 minutes et 43 secondes.

L'athlète de Québec Christian Mercier ferme le podium avec un chrono 2 heures, 32 minutes et 20 secondes.

L'épreuve avait été remportée par le Marocain Mohamed Aagab l'an dernier.

Chez les femmes, c'est l'Américaine Carolyn Shaw qui a traversé la ligne d'arrivée en premier, après 3 heures, 5 minutes et 40 secondes.

Carolyn Shaw, gagnante du marathon de Québec 2019 chez les femmes.

Carolyn Shaw, gagnante du marathon de Québec 2019 chez les femmes.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Julie Pelletier, de Lévis, se classe deuxième chez les femmes avec un chrono de 3 heures, 12 minutes et 58 secondes.

Catherine Papillon, de Saint-Augustin-de-Desmaudes, complète le podium avec 3 heures, 14 minutes et 34 secondes.

Quelque 1300 coureurs ont pris le départ à 8 h au parc de l'Amérique-Française cette année.

Les marathoniens devaient notamment passer par le Vieux-Québec, les quartiers Saint-Roch, Saint-Sauveur, Limoilou et Montcalm avant de terminer le parcours sur la Grande Allée, à la place Georges V.

Plusieurs entraves routières sont à prévoir au long de la journée.

Des coureurs prêts

Les coureurs étaient fébriles à la ligne de départ.

Guillaume Martel s’est réveillé à 4 h du matin pour l’épreuve. Il en est à son deuxième marathon à Québec.

Un homme s'apprête à prendre le départ du marathon de Québec.

Guillaume Martel se fixe un objectif précis pour le marathon de Québec.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

L’important c’est de bien s’hydrater, de bien déjeuner tôt le matin, souligne celui qui veut finir l’épreuve en 3 h 20.

Geneviève Laliberté se fixe un objectif plus modeste : celui de terminer le 42 km sur ses deux jambes.

On espère que ça va bien se passer, on s’entraîne pour ça. Mais c’est toujours une surprise un marathon !

Une femme en entrevue avant le marathon de Québec

Geneviève Laliberté participe à son deuxième marathon.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Certains, comme Jean-Louis Barrault, sont venus d’aussi loin que la France pour fouler les rues de Québec à la course.

Québec a une bonne réputation, c’est un bon marathon. C’est surtout pour découvrir la ville de Québec, le résultat, peu importe.

Un homme en entrevue avant le départ du marathon de Québec

Jean-Philippe Barrault est venu de Verdun, en France, pour courir le marathon de Québec.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Prêts à tout

L’organisation n’a pas lésiné sur les mesures pour assurer la santé et la sécurité des coureurs durant le parcours. 

Elle veut éviter un drame comme celui lors du marathon de Montréal, où un homme de 24 ans a perdu la vie durant la course à cause d’un arrêt cardiaque. 

Une quinzaine de secouristes et intervenants parcourent le trajet à vélo et en moto pour intervenir rapidement en cas de malaise. Ils sont équipés de défibrillateurs et de puces de localisation. 

Deux civières dans une tente du marathon de Québec

5 médecins, 9 résidents et 30 infirmières sont prêts à intervenir en cas de pépin lors du marathon.

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

« Au kilomètre 39 et à 200 mètres de l’arrivée, on a la tente médicale. C’est des endroits stratégiques. On sait que les trois derniers kilomètres sont plus chauds », précise la directrice des équipes médicales du marathon, Véronick Cullen.

La tente médicale est tout équipée, avec des médecins, des inhalothérapeutes et des infirmières prêts à intervenir.

On est prêts.

Véronick Cullen, directrice des équipes médicales du marathon de Québec

Un cœur et des poumons artificiels sont également disponibles en cas d’arrêt cardio-respiratoire majeur. 

La docteure Cullen rappelle toutefois que les athlètes doivent être à l’écoute de leur corps pour éviter tout malaise.

Avec les informations de Hadi Hassin.

Québec

Marathon