•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une caméra filme la disparition soudaine d’un lac au Yukon 

Une habitante de Whitehorse, Haley Digel, assise par terre observe le 15 juillet un grand espace se trouvait un lac du glacier Donjek.

Le 15 juillet, une habitante de Whitehorse, Haley Digel, observe le bout du glacier Donjek où se trouvait un lac protégé par un mur de glace.

Photo : Fournie par Haley Digel

Radio-Canada

Une caméra installée par des scientifiques au bout du glacier Donjek dans le parc national Kluane, au Yukon, a capturé la disparition rapide d’un immense lac qui était retenu par un mur de glace.

L’écoulement dans la rivière Donjek enregistré par vidéo est unique, d’après Luke Copland, chercheur en glaciologie à l’Université d’Ottawa. « On a eu beaucoup de chance », ajoute le spécialiste qui étudie les glaciers de la chaîne de montagnes Saint-Élie depuis 12 ans.

C'est d’autant plus vrai que la caméra a été installée le 12 juillet et que la fonte a eu lieu le lendemain, à la grande surprise des chercheurs.

Le lac du glacier Donjek se vide :

Le lac du glacier Donjek se vide

Le glacier Donjek est un des rares glaciers connus pour leurs mouvements soudains. Pendant une dizaine d’années, il peut ne pas bouger et tout à coup avancer d’environ 1 kilomètre le long de la vallée. Selon M. Copland, seul 1 % des glaciers agissent ainsi.

En d’autres termes, ce déversement d’eau n’est pas inhabituel, mais il a tendance à se faire au mois d’août et non pas en juillet. « On a eu un été plus chaud que d’habitude et un printemps également très chaud, dit M. Copland. Je crois que cela a provoqué des écoulements et des ruissellements en amont plus important qu’à l’ordinaire. »

Les scientifiques ne savent pas précisément ce qui arrive à l’eau du lac en aval, car les études du lac sont assez récentes. Cependant, il s’agit d’une « inondation importante », dit M. Copland, car le lac de 2,2 km carrés avait une profondeur de 50 mètres par endroits.

Avec les informations de Karen McColl

Grand-Nord

Changements climatiques