•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Justin Trudeau forcé de porter un gilet pare-balles à la suite d’une menace de sécurité

Justin Trudeau entouré de policiers.

Le chef libéral, Justin Trudeau, a fait son entrée dans un rassemblement partisan, muni d'un gilet pare-balles, samedi, à Mississauga, en Ontario.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Radio-Canada

Après une heure et demie de retard, c’est muni d’un gilet pare-balles que Justin Trudeau est finalement apparu sur scène, devant une foule qui s’impatientait, lors d’un rassemblement partisan samedi après-midi à Mississauga, en Ontario.

Si le Parti libéral ne confirme pas que c'est pour des raisons de sécurité, des sources libérales haut placées ont déclaré à CBC que M. Trudeau a dû prendre cette mesure à la suite d'une menace à la sécurité.

Un dispositif de sécurité plus important que d'habitude a par ailleurs été observé lors de l’événement, y compris des policiers plus hauts gradés.

Des officiers en uniforme, portant de gros sacs à dos, ont entouré le chef libéral alors qu'il s'adressait à une foule d'environ 2000 personnes.

Justin Trudeau avec un gilet pare-balles sous ses vêtements lors d'un rassemblement.

Après son discours, il a également quitté la scène plus vite que d’habitude avec une sécurité renforcée autour de lui.

Photo : Reuters / Stephane Mahe

Le chef libéral a pu prononcer son discours sans incident et a serré la main à de nombreux partisans alors qu'il quittait la scène.

Après son discours, il a toutefois quitté la salle plus vite que d’habitude avec une sécurité renforcée autour de lui.

Son épouse Sophie Grégoire Trudeau devait par ailleurs présenter Justin Trudeau avant son discours, mais elle n'est finalement pas montée sur scène.

Interrogé pour avoir plus de détails, le Parti libéral a déclaré qu'il ne ferait pas de déclaration samedi soir. La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a aussi indiqué qu'elle ne ferait pas de commentaire au sujet des mesures de sécurité mises en place pour le premier ministre.

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh, a été le premier à faire part de ses inquiétudes en dénonçant sur son compte Twitter la menace à la sécurité.

Toute menace faite contre Justin Trudeau ou n'importe quel-le chef, est préoccupante. Peu importe pour qui vous votez ou ce que vous croyez, personne ne devrait avoir à faire face à des menaces de violence. Aux agents-es qui nous protègent : merci, a-t-il écrit.

Le chef conservateur Andrew Scheer s'est aussi exprimé sur Twitter : Très bouleversant d’apprendre que Justin Trudeau a dû porter un gilet pare-balles ce soir lors d’un événement. Des menaces de violences envers des leaders politiques n’ont pas leur place dans notre démocratie. Merci à la GRC de prendre ces menaces au sérieux et de nous protéger.

Cet événement survient alors que la campagne électorale se passe dans un climat tendu.

Le mois dernier, des sources ont déclaré à CBC que la Gendarmerie Royale du Canada compilait des rapports quotidiens de messages en ligne menaçants et haineux qui visent les leaders politiques fédéraux pendant la campagne, et craignant que cela ne se concrétise par des actes de violence réels.

Des sources gouvernementales ont également confirmé une augmentation du nombre de messages en ligne tolérant la violence au cours de la campagne.

En février, avant d'entamer son témoignage sur l'affaire SNC-Lavalin, Michael Wernick, alors greffier du Conseil privé, avait fait une déclaration préliminaire dans laquelle il avait mis en garde contre les dangers de la montée de la haine pendant la campagne électorale.

Je m'inquiète de la montée des incitations à la violence, lorsque les gens utilisent ouvertement des termes comme "trahison" et "traître". Ce sont les mots qui mènent à l'assassinat. J'ai peur que quelqu'un se fasse abattre dans ce pays, cette année, pendant la campagne électorale, avait-il déclaré.

Avec des informations de Louis Blouin et de CBC

Toronto

Politique fédérale