•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’art et la culture devraient être des enjeux électoraux, selon des artistes

Radio-Canada

En parcourant les différentes plateformes des partis fédéraux, des artistes manitobains se disent laissés pour compte par les candidats. Ils estiment que les arts et la culture sont moins abordés que d'autres enjeux, comme l’environnement et la santé.

On écarte facilement l’art et la culture puisqu’on voit ça comme étant une taxe ou une dépense qui n’est pas trop nécessaire, déplore le metteur en scène Christian Perron.

M. Perron croit qu’il est temps de donner aux lieux culturels l’importance sociale qu’ils méritent.

Il soutient que l’art et la culture sont le meilleur moyen par lequel on peut donner des occasions d’épanouissement aux personnes de tous les âges.

Au-delà de la traditionnelle question du financement, certains artistes aimeraient juste avoir plus de reconnaissance.

S’il y avait un parti qui parlait beaucoup de culture, des arts et de francophonie, je pense que ça m’exciterait peut-être à regarder plus ou à avoir plus tendance à voter pour ce parti, dit Véronique Demers, la directrice musicale de l’Ensemble folklorique de la Rivière-Rouge.

Mme Demers joue au violon depuis l’âge de trois ans et la culture occupe une position de choix dans sa vie.

Ce que proposent les partis

Lors du dernier débat des chefs, le 10 octobre, tous les partis se sont engagés à taxer les géants du web et à investir l'argent perçu dans la culture.

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a spécifié qu’il imposera une redevance de 3 % aux géants du web. M. Blanchet croit que cette mesure rapportera des centaines de millions de dollars par année dans les coffres de l’État et permettra de financer les médias, les arts et la culture francophone à hauteur de 40 %.

Le premier ministre sortant, Justin Trudeau, affirme que son parti continuera de soutenir le cinéma canadien en augmentant le financement de Téléfilm Canada de près de 50 % par an.

S’ils sont réélus, les libéraux promettent qu’ils introduiront une nouvelle Stratégie de diplomatie culturelle avec au moins une mission internationale chaque année. Cette mission aura pour but de promouvoir la culture et les créateurs du Canada dans le monde.

Dans la première année d'un second mandat, ils promettent également l'adoption d'une loi exigeant une meilleure promotion du contenu canadien par les géants du Web.

De son côté, le Parti conservateur déplore le dysfonctionnement des politiques et des programmes gouvernementaux visant à soutenir les artistes et les créateurs. Il propose de travailler notamment avec les industries des arts, de la musique et du film pour mettre en place un nouveau programme qui tient compte des besoins actuels.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) de Jagmeet Singh pense que les artistes doivent pouvoir vivre décemment de leur art et que le gouvernement a un rôle important à jouer pour s’assurer qu’une diversité de voix puisse raconter l’histoire du Canada.

Le Parti vert veut quant à lui accroître le financement pour tous les organismes artistiques et culturels du Canada, y compris pour le Conseil des arts du Canada, l’Office national du film et Téléfilm Canada.

Le chef du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier, indique que l’argent perçu auprès des géants du Web serait redistribué une fois l’équilibre budgétaire atteint.

Avec les informations de Marie-Michelle Borduas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Élections fédérales