•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les parcs nationaux accueillent de nombreux visiteurs malgré la grève des employés

Une pancarte sur laquelle on peut lire « Centre de découverte et de services » est recouverte de banderoles.

Les moyens de pression des employés n’ont pas empêché de nombreuses personnes de se rendre dans les parcs nationaux.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Radio-Canada
Mis à jour le 

Les employés de 23 parcs nationaux de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) ont manifesté pour une deuxième journée consécutive samedi. Cinq parcs de l’Est-du-Québec font partie des lieux touchés par cette grève de quatre jours. Les moyens de pression des travailleurs n’ont toutefois pas empêché les visiteurs de s’y rendre en grand nombre.

À travers la province, plus d’un millier de travailleurs de la Sépaq profitent du long week-end de l’Action de grâce pour se faire entendre. Les manifestants soutiennent que les offres salariales de 5 % sur cinq ans sont nettement insuffisantes.

Un clown manifeste

Le syndiqué de la Sépaq, Alain Gagnon, s'est déguisé en clown pendant la manifestation parce qu'il considère les dernières offres de la direction ridicule.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Parc national de la Gaspésie

Même si certains services comme la location d’équipements et les activités guidées ne sont pas offerts en fin de semaine, l’impact de la grève semble limité pour les visiteurs du parc national de la Gaspésie.

Le gîte du Mont-Albert reste ouvert puisque les employés de l’établissement ne font pas partie du mouvement de grève. L'accueil des randonneurs est assuré par l’équipe de direction et tous les sentiers demeurent accessibles.

Vêtus de dossards, des employés agitent des pancartes.

Une quinzaine d'employés ont interpellé les automobilistes samedi.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Plusieurs ont d’ailleurs décidé de profiter du parc malgré les moyens de pression. Tout le monde doit avoir de bonnes conditions de travail surtout dans une période de pénurie de main-d’oeuvre, estime un visiteur rencontré au parc de la Gaspésie. On les encourage à continuer, mais on vient prendre l’air quand même, indique un visiteur.

Même si le parc continue de recevoir des visiteurs, les manifestants considèrent qu’ils réussissent à faire passer leur message. Les gens arrêtent, posent des questions, nous encouragent en klaxonnant, raconte Patrick Arseneau, un employé en grève. Je pense qu’il y a une compréhension.

Un de ses collègues croit quant à lui que le parc est plus calme qu’il ne l’aurait été en temps normal.

Vêtus de dossards, des employés brandissent des pancartes en bordure d'une route.

Des employés ont également manifesté au parc national du Bic à Rimouski.

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

D'autres parcs sont touchés

En plus du parc national de la Gaspésie, le débrayage touche aussi d'autres parcs de la région.

Parcs nationaux touchés par la grève dans l'Est-du-Québec

  • Parc national de la Gaspésie
  • Parc national du Lac-Témiscouata
  • Parc national du Bic
  • Parc national de l'Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé
  • Parc national de Miguasha.

Pour le moment, il est toutefois impossible de connaître l’impact de la grève, indique le porte-parole de la Sépaq, Simon Boivin. Les bilans vont se faire à l’automne, dit-il. En même temps, il s’agit de données qui sont quand même stratégiques dans le cadre d’un conflit de travail.

Le bureau d'accueil du parc de la Gaspésie est occupé par les visiteurs qui demandent des informations.

Les employés-cadres s'occupent de l'accueil des randonneurs durant la grève.

Photo : Jean-François Deschênes

Les moyens de pression se poursuivent jusqu’à lundi soir dans les 23 parcs touchés.

Avec les informations de Jean-François Deschênes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Relations de travail