•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Paris suspend les exportations d'armes vers la Turquie

Les effectifs turcs à l'assaut des villes frontalières kurdes dans le nord-est syrien.

Les effectifs turcs à l'assaut des villes frontalières kurdes dans le nord-est syrien.

Photo : afp via getty images / NAZEER AL-KHATIB

Reuters

La France a décidé de suspendre immédiatement les exportations d'armes vers la Turquie, à la suite de l'offensive lancée mercredi par Ankara dans le nord de la Syrie, ont annoncé samedi les ministres français des Affaires étrangères et des Armées dans un communiqué commun.

Dans l'attente d'une cessation de cette offensive, la France a décidé de suspendre tout projet d'exportation vers la Turquie de matériels de guerre susceptibles d'être employés dans le cadre de l'offensive en Syrie. Cette décision est d'effet immédiat, peut-on lire dans ce communiqué.

Alors que l'Allemagne avait déjà fait état dans l'après-midi d'une décision comparable, le communiqué de Jean-Yves Le Drian et Florence Parly précise que le prochain conseil des Affaires étrangères de l'Union européenne, prévu lundi à Luxembourg, sera l'occasion de coordonner une approche européenne en ce sens.

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu avait prévenu dans l'après-midi, avant l'annonce des interdictions allemande et française, que la Turquie ne faiblirait pas face aux embargos.

Peu importe ce qui est fait, peu importe qu'il s'agisse d'un embargo sur les armes ou quoi que ce soit d'autre, cela ne fait que nous renforcer, a-t-il déclaré à la radio allemande Deutsche Welle.

Selon le dernier rapport au Parlement du ministère des Armées sur les exportations d'armement, la Turquie a commandé pour 65,7 millions de dollars en matériel militaire en 2018.

Et qu'en est-il du Canada?

Le Canada vend des armes à la Turquie. En fait, selon le Rapport d’Affaires mondiales Canada sur les exportations de marchandises militaires, la Turquie, en 2018, figurait au troisième rang des clients canadiens derrière l’Arabie saoudite et la Belgique, les États-Unis étant exclus de ce décompte.

Les ventes d’armes à la Turquie, en 2018, était de 115 millions de dollars et des poussières, soit plus du double des ventes de 2017, où elles s'établissaient à un peu plus de 48 millions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Conflits armés

International