•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le groupe environnementaliste Extinction Rebellion veut déranger en bloquant un pont à Ottawa

Le groupe a des revendications écologistes.

Le groupe a déjà mené des actions au Canada, comme ici à Québec.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Boivin

Radio-Canada

Le groupe environnementaliste Extinction Rebellion prépare le terrain pour un coup d'éclat cette semaine à Ottawa.

L'organisation a invité les Ottaviens samedi à une présentation sur les effets de la crise climatique et sur les actions que le chapitre du groupe compte entreprendre dans la capitale.

Extinction Rebellion prévoit notamment bloquer le pont Laurier, devant l'hôtel de ville d'Ottawa, jeudi matin. Cyclistes et piétons pourront circuler librement, mais pas les automobilistes.

Qui sont-ils?

Né au Royaume-Uni en octobre 2018, le groupe s’est fait connaître par des coups d’éclat dans plusieurs capitales au printemps dernier. Le nom du groupe fait référence au besoin de se rebeller devant la menace d’extinction qui, selon certaines études scientifiques, pèse sur environ un million d'espèces animales et végétales, explique Louis Ramirez, coordonnateur des communications pour Extinction Rebellion Québec. Les deux tiers des populations de vertébrés pourraient disparaître d’ici 2020, d’après l’indice Planète vivante du World Wildlife Fund (WWF).

Une des porte-parole du groupe, Marie-Laure Collet, sait que ce type d'action dérange le quotidien des gens. Toutefois, cela est essentiel pour sensibiliser la population, selon elle.

Notre mouvement est basé sur l'idée que l'on doit faire une disruption. Si la vie est comme normale, personne ne porte attention.

Marie-Laure Collet, une des porte-parole du groupe environnementaliste Extinction Rebellion

Évidemment, on comprend que ça va déranger les gens. On comprend et surtout, bien souvent, ce sont les gens qui ont le moins de moyens qui sont le plus dérangés, poursuit-elle.

Mais le mouvement veut passer un message clair.

Avec les changements climatiques, la disruption va être beaucoup plus importante. Alors quel est votre choix? Est-ce que vous choisissez d’attendre cinq minutes et d’être reroutés quelque part? Ou vous choisissez d’avoir vos enfants et petits-enfants qui vont mourir de soif?, demande Mme Collet.

Une femme en entrevue avec Radio-Canada.

Une porte-parole du groupe Extinction Rebellion, Marie-Laure Collet, à Ottawa.

Photo : Radio-Canada

Elle insiste sur le fait que le coup d'éclat se veut festif et pacifique. L'idée, c'est de l'occuper [le pont] le plus longtemps possible. On veut faire un party, avoir des gens qui vont danser, avoir de la musique... On va être une communauté qui veut se retrouver, explique-t-elle.

Plus tôt cette semaine, des membres du mouvement Extinction Rebellion ont bloqué l'accès au pont Jacques-Cartier à Montréal en pleine heure de pointe du matin.

Plus tôt samedi, c'est à Québec qu'une trentaine de manifestants du groupe ont mené des actions sur le passage piétonnier du boulevard Laurier pour sensibiliser les automobilistes aux changements climatiques. Vendredi, le groupe avait versé du colorant alimentaire rouge dans la fontaine de Tourny.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Environnement