•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La région de Los Angeles brûle déjà et la saison des feux de forêt ne fait que commencer

Une voiture de police roule sur une autoroute, non loin d'une épaisse colonne de fumée.

Les autorités californiennes luttent toujours contre le sinistre.

Photo : afp via getty images / JOSH EDELSON

Radio-Canada

Trois personnes sont mortes dans la foulée d'importants feux de forêt faisant rage dans le sud de la Californie, cette semaine, ont annoncé samedi les autorités, alors que les pompiers luttaient toujours contre un sinistre, près de Los Angeles, qui a détruit et endommagé plus d'une trentaine de bâtiments.

Selon des responsables de Los Angeles, le feu faisant rage dans la vallée de San Fernando n'a pas crû de façon importante depuis vendredi, et les équipes au sol en sont à tenter d'éteindre les points névralgiques.

Dans cette région qui fait partie de la grande banlieue de Los Angeles, les autorités ont donné ordre à plus de 100 000 personnes de quitter leur logement, potentiellement menacé par l'incendie.

Les feux ont fait trois victimes. Un homme est ainsi mort d'une crise cardiaque en tentant de lutter contre l'incendie. À Calimesa, une femme de 89 ans est morte lorsque le feu s'est propagé dans un parc de caravanes après qu'un camionneur ait déversé, non loin, sa benne à ordures en feu. Les autorités travaillent à identifier la troisième victime.

Deux pompiers ont par ailleurs subi des blessures mineures.

Samedi matin, les incendies avaient consumé plus de 3000 hectares et détruit au moins 31 bâtiments, selon les pompiers.

Après des opérations aériennes « agressives » durant la nuit et l'appui du personnel au sol, les pompiers ont annoncé samedi que l'incendie était à 19 % contenu.

Les autorités mènent toujours l'enquête pour tenter de déterminer la cause de l'incendie, et les services d'urgence ont mis en garde contre la possibilité d'allumage de nouveaux foyers.

L'autoroute I-5, le principal lien routier nord-sud de l'État, a été fermée pendant une bonne partie de la journée de vendredi, provoquant des embouteillages avant sa réouverture, plus tard dans la journée.

Un pompier marche près du feu de Saddleridge à Newhall, dans le nord de Los Angeles.

Los Angeles est empuantie par l'odeur de brûlé et la pollution provoquées par de violents feux de forêt.

Photo : afp via getty images / JOSH EDELSON

Alerte à la mauvaise qualité de l'air

Dans la « Cité des anges », une odeur de brûlé rappelle que la saison des feux de forêt ne fait que commencer.

Une alerte à la mauvaise qualité de l'air a été également émise pour une partie du comté de Los Angeles, en raison des fumées.

La région est en état d'alerte, alors que les puissants vents dits de Santa Ana ont transporté de l'air sec du désert sur un territoire déjà prêt à s'enflammer à la moindre étincelle.

« C'est un feu très actif. N'attendez pas pour partir », avait expliqué aux habitants le chef des pompiers de la métropole de Los Angeles, Ralph Terrazas.

Si vous restez dans les zones concernées par ces évacuations, nous ne pourrons pas assurer votre sécurité, a souligné de son côté le chef de la police de Los Angeles, Michel Moore, demandant aux habitants de respecter les ordres et de se rendre dans les centres d'hébergement d'urgence.

Dans le nord de l'État, le fournisseur PG&E avait décidé dès mercredi d'effectuer des coupures d'électricité préventives en raison de prévisions météorologiques propices aux feux de forêt. Des centaines de milliers de clients, pour certains aux portes de San Francisco et de la Silicon Valley, ont été privés de courant.

L'opérateur a annoncé avoir restauré l'électricité pour la moitié des clients affectés, mais plus de 300 000 personnes restaient touchées par ces coupures vendredi. D'autres coupures préventives, de moindre envergure, ont également été mises en œuvre dans le sud de l'État.

Aux dires de responsables des services d'urgence, il faut s'attendre à une multiplication des feux dévastateurs, entre autres en raison des impacts des changements climatiques.

Malheureusement, c'est vrai, la saison des incendies est plus longue. Avant on avait l'habitude qu'elle dure trois ou quatre mois, désormais on a des situations comme celle-ci tout au long de l'année, a expliqué à l'AFP Al Poirier, officier des pompiers de Los Angeles.

L'an dernier en novembre, trois gigantesques incendies dans le nord et le sud de la Californie avaient ravagé plus de 100 000 hectares.

Avec les informations de Associated Press, CBC, et Agence France-Presse

Feux de forêt

International