•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Services perturbés par la grève dans les parcs nationaux de l’Estrie

Des syndiqués manifestent à l'entrée du parc national du Mont-Orford.

Les employés syndiqués de la Sépaq manifestent au Mont-Orford.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les randonneurs doivent s’armer de patience pour entrer au parc national du Mont-Orford cette fin de semaine, en raison de la grève des syndiqués de la Sépaq.

Quelque 1200 travailleurs affiliés au Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) débraient jusqu’à lundi soir. Les 23 parcs nationaux touchés, dont celui du Mont-Orford, du Mont-Mégantic et de la Yamaska, demeurent toutefois accessibles au public.

L’attente pour que les visiteurs soient enregistrés à l’entrée demeure plus longue qu’à l’habitude, puisque seuls quelques gestionnaires sont sur place pour faire le travail. Plusieurs activités de découvertes ont aussi été annulées en raison du débrayage.

Les syndiqués demandent de meilleures conditions de travail et dénoncent l’augmentation salariale de 1 % proposée par l’employeur.

Des visiteurs compréhensifs

Des randonneurs rencontrés à l’entrée du parc national du Mont-Orford prenaient la situation avec philosophie, même s’ils doivent attendre une trentaine de minutes pour franchir l'entrée du site.

Ils ont leurs revendications, qu’on ne connaît pas en fait, mais on n’est pas pressés, souligne un automobiliste qui patiente pour entrer dans le parc.

Une file de voiture est au ralenti sur un chemin d'accès au parc national du Mont-Orford.

Les automobilistes doivent s'armer de patience pour entrer dans le parc national du Mont-Orford en raison de la grève des employés syndiqués.

Photo : Radio-Canada

Je les appuie, je suis venue ici pour me ressourcer et je comprends très bien la situation, annonce une visiteuse.

Plusieurs visiteurs appuyaient les revendications des employés qui étaient bien visibles sur le site.

Dans tous les cas, je trouve c’est bien qu’ils exercent leur droit de grève, pour qu’ils aient de meilleures conditions. Je leur souhaite beaucoup de succès pour qu’ils aient ce qu’ils souhaitent, souligne un randonneur qui passe devant les grévistes.

Je trouve ça bien que les gens défendent leurs droits, c’est sûr que ça fait un peu de bouchons, mais c’est comme ça, concède une automobiliste en attente sur le chemin d’accès au parc.

Frédéric Dagenais, le président régional du syndicat de la fonction publique du Québec se réjouit  de l’appui des visiteurs du parc.

Aujourd’hui, c’est un peu difficile puisqu’il y a beaucoup de trafic, mais il y a des gens qui ralentissent pour nous donner des pouces en l’air. En général on a un bon retour des gens qui entrent et sortent du parc, affirme-t-il.

Il souhaite que cette grève aide à faire avancer les négociations qui sont au point mort pour l’instant.

Estrie

Relations de travail