•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Berthier-Maskinongé, un des derniers remparts du NPD au Québec

Ruth Ellen Brosseau espère conserver la circonscription Berthier-Maskinongé.

Ruth Ellen Brosseau espère conserver la circonscription Berthier-Maskinongé.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La circonscription de Berthier-Maskinongé sera certainement à surveiller le 21 octobre. Le comté de plus de 4000 kilomètres carrés s'étend de Trois-Rivières aux portes de Shawinigan et Joliette en passant par Lanaudière. Il est représenté par la néodémocrate Ruth Ellen Brosseau. Une candidate poteau d'Ottawa qui a su gagner le cœur des gens de la région et qui tente de remporter un troisième mandat.

Comme lors de la dernière élection, une lutte à deux se dessine dans Berthier-Maskinongé, entre la députée sortante néo-démocrate, Ruth Ellen Brosseau, et le président du Bloc québécois, Yves Perron.

Depuis son élection aux côtés de Jack Layton en 2011, la voix de Ruth Ellen Brosseau a résonné des centaines de fois à la Chambre des communes. La députée parachutée dans Berthier-Maskinongé a maintenant pris ses marques et souhaite continuer à se faire entendre pour l'environnement.

Pipelines

Pour les pipelines, on se rappelle toute la saga avec Énergie Est et je suis très fière de la mobilisation citoyenne. Pour nous, c'est clair d'une province à l'autre, qu'Énergie Est, c'est non. Le développement du pipeline Trans Mountain, c'est non, martèle la députée néo-démocrate.

Yves Perron, qui est arrivée deuxième en 2015 avec 9000 votes de moins que la néo-démocrate, propose d'être une voix forte à Ottawa pour veiller sur les intérêts des Québécois.

Le candidat du Bloc québécois dans Berthier-Maskinongé, Yves Perron, mise sur une opposition forte à Ottawa.

Le candidat du Bloc québécois dans Berthier-Maskinongé, Yves Perron, mise sur une opposition forte à Ottawa.

Photo : Radio-Canada

Avec une opposition forte, peut être que le pipeline n'aurait pas été acheté, affirme Yves Perron, candidat Bloc québécois.

Leurs adversaires, la conservatrice Josée Bélanger et la libérale Christine Poirier, briguent toutes deux pour la première fois les suffrages dans la circonscription d'un peu plus de 100 000 habitants.

C'est le Québec qui va décider mais nous, ce qu'on veut, c'est un corridor énergétique qui va avantager tout le monde, affirme Mme Bélanger.

De son côté, la libérale défend la décision de son gouvernement d'avoir acheté le pipeline Trans Mountain.

Christine Poirier se présente pour la première fois comme candidate libérale dans Berthier-Maskinongé.

Christine Poirier se présente pour la première fois comme candidate libérale dans Berthier-Maskinongé.

Photo : Radio-Canada

On l'a acheté, le pipeline, mais malgré cela, pour chaque dollar qui a été investi dans l'achat du pipeline, il y en a 15 qui ont été investis dans l'environnement, justifie Mme Poirier.

Laïcité

La laïcité est aussi sur toutes les lèvres.

La question de l'urne, je pense qu'il faut que ce soit : qui va parler pour le Québec? Qui sera la voix du Québec, entre autres sur une question comme la laïcité, estime M. Perron.

La députée sortante assure que son parti ne s'opposera pas à la loi sur la laïcité de la Coalition avenir Québec.

La députée sortante dans Berthier-Maskinongé, Ruth Ellen Brosseau.

La députée sortante Ruth Ellen Brosseau pourrait bien être une des seules candidates de son parti à être élue le 21 octobre prochain.

Photo : Radio-Canada

On ne va pas se battre contre le projet de loi 21. On sait que c'est extrêmement populaire. Tous les jours, il y a des gens qui m'interpellent à ce sujet-là, indique-t-elle.

La libérale Christine Poirier, qui s'était présentée à Montréal en 2015 et qui vient de s'établir dans la maison ancestrale de sa grand-mère à Saint-Mathieu-du-Parc, ne croit pas que la laïcité soit un enjeu. Je pense que pour l'instant, ce n'est pas au gouvernement fédéral d'intervenir là-dedans.

Producteurs laitiers

Pour Josée Bélanger, qui a fait carrière comme professeure de philosophie, c'est le respect des compétences provinciales de la part des conservateurs qui l'a incitée a choisir le bleu foncé. Issue du milieu agricole, elle dit vouloir un premier ministre qui tient tête aux grandes puissances. Moi, je suis nationaliste, soutient Mme Bélanger, et je veux que le Québec s'affirme, mais dans un Canada uni. [...] Nous, on a toujours été pour la gestion de l'offre. M. Scheer l'a dit, l'a redit.

La candidate du Parti conservateur du Canada, Josée Bélanger, dans une étable, entourée de vaches.

La candidate du Parti conservateur du Canada, Josée Bélanger, dit vouloir respecter l'autonomie des provinces et défendre la gestion de l'offre.

Photo : Radio-Canada

Ruth Ellen Brosseau partage elle-même sa vie avec un agriculteur.

J'ai travaillé avec les producteurs pour organiser des manifestations avec des tracteurs et des vaches sur la colline parlementaire, raconte-t-elle.

La candidate libérale pense pour sa part qu'il faut être à la table de négociation. En étant à la table des décisions, ça permet d'avoir l'écoute, l'oreille du gouvernement direct plutôt que de juste chialer.

Le bloquiste persiste et signe : il faut une opposition forte pour s'assurer que le gouvernement tient bien ses engagements auprès des producteurs laitiers.

Les compensations pour les agriculteurs, pour la gestion de l'offre, qui va aller fouiller dans le budget? C'est nous autres qui sommes allés fouiller, l'argent n'est pas là! Alors le 1,75 milliard qu'ils ont annoncé en début de campagne, ce n'est pas un engagement, ce n'est pas une réalisation, c'est une promesse électorale, accuse M. Perron.

Huit ans après la vague orange, Ruth Ellen Brosseau pourrait bien être une des rares néo-démocrates à conserver son siège au Québec.

Notre dossier Élections Canada 2019

D'après un reportage d'Amélie Desmarais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Politique fédérale