•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réforme de l'assurance-emploi promise par les bloquistes de l'Est-du-Québec

Les trois intervenants sont attablés lors d'un point de presse.

Le coordonnateur d'Action Populaire Rimouski-Neigette Michel Dubé et les candidats bloquistes Maxime Blanchette-Joncas et Marilène Gill

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Radio-Canada

Les candidats du Bloc québécois dans l'Est-du-Québec s'engagent à mener une réforme de l'assurance-emploi s'ils sont élus le 21 octobre prochain.

Le candidat dans Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques Maxime Blanchette-Joncas et la députée sortante et candidate dans Manicouagan Marilène Gill ont tenu un point de presse conjoint samedi matin à Rimouski, au nom de tous les candidats bloquistes de l’Est.

Ils se sont entre autres engagés à allonger la période de prestations et à abolir le Tribunal de la sécurité sociale.

Plus précisément, c'est une augmentation des taux de prestations de 55 à 60 %. On souhaite également abolir complètement le délai de carence : il était de deux semaines avec le gouvernement conservateur, une semaine avec le gouvernement libéral... Ce qu'on souhaite au Bloc québécois, c'est de complètement l'abolir, précise Maxime Blanchette-Joncas.

Je pense au projet pilote : si ça n'avait pas été du Bloc québécois qui a vraiment martelé au cours des dernières années, ça n'aurait même pas été inscrit, le projet pilote de l'assurance-emploi ! Donc ça, c'est un gain. Imaginez avec la balance du pouvoir, avec des députés de l'Est-du-Québec du Bloc québécois qui sont sensibilisés à la question, illustre Marilène Gill.

Notre dossier Élections Canada 2019

Nombreux sont les candidats de l'Est-du-Québec qui ont pris des engagements concernant une bonification de l'assurance-emploi.

Le député sortant et candidat néo-démocrate dans Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques, Guy Caron, a indiqué vendredi que le NPD souhaitait augmenter le nombre maximal de 15 semaines de prestations d'assurance-emploi pour les personnes malades à 30 dans un premier temps, puis à 52 semaines.

Guy Caron.

Le candidat du NPD dans Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques, Guy Caron

Photo : Radio-Canada / Édith Drouin

Lors de la présentation de leur cadre financier, les libéraux ont pour leur part affirmé qu'ils feraient passer cette période de 15 à 26 semaines, en plus de créer une assurance-carrière.

Ce serait évidemment un programme gouvernemental, qui permettrait justement à des travailleurs autonomes de cotiser à une assurance. Et cette assurance-là serait disponible lorsqu'il y a une perte d'emploi. Les prestations seraient de 20 % plus élevées que ce que l'assurance-emploi permet d'offrir pour la première année. Donc ça serait bon jusqu'à deux ans, par exemple, explique le député sortant et candidat libéral dans Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia, Rémi Massé.

Le député sortant et candidat libéral Rémi Massé.

Rémi Massé lors du dévoilement de sa plateforme électorale régionale.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Par ailleurs, Michel Dubé, d'Action populaire Rimouski-Neigette, était présent lors de l'annonce du Bloc québécois. Vendredi, il était aux côtés du député sortant dans Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques, Guy Caron, lorsqu'il s'est engagé à bonifier le programme d'assurance-emploi.

M. Dubé affirme que tous les candidats de la circonscription ont porté une oreille attentive à ses demandes.

Quand on parle des prestations maladie, que ce soit le Parti libéral, le Bloc québécois, le NPD... chacun des partis propose de régler le problème. Il y a de plus en plus de maladies graves qui sont reconnues; les travailleurs développent des maladies graves. Ce n’est pas vrai qu'en 15 semaines, la personne a le temps de se rétablir et de revenir sur le marché du travail de façon adéquate.

Quelqu'un qui développe un cancer, ça ne prend pas la tête à Papineau pour comprendre que 15 semaines, ce n'est pas assez.

Michel Dubé, coordonnateur d’Action populaire Rimouski-Neigette

D'après les informations de Laurie Dufresne

Bas-Saint-Laurent

Politique fédérale