•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le festival La Virée, « un beau petit joyau » pour Carleton-sur-Mer

Des gens qui dansent avec le gros sourire

L'an dernier, environ 7200 personnes ont participé au festival La Virée (archives).

Photo : courtoisie Estelle Marcoux

Radio-Canada

Depuis 19 ans, à Carleton-sur-Mer, le festival La Virée rassemble des résidents et des gens venus d’ailleurs grâce à une programmation centrée sur les thèmes du patrimoine et de la tradition. La popularité de l’événement permet de prolonger la saison touristique au-delà de la période estivale, en plus de faire découvrir d’autres facettes de la région aux visiteurs.

La Virée 2019 a débuté vendredi et se poursuit jusqu’à dimanche dans la Baie-des-Chaleurs.

D’après le maire de Carleton-sur-Mer et préfet de la MRC d’Avignon, Mathieu Lapointe, le festival est un beau petit joyau pour la région.

Ça répond à plusieurs éléments qui font partie de notre planification stratégique, notamment d’étirer la saison touristique. Ce qu’on constate, c’est qu’en juillet et en août, il y a une forte pression, notamment sur les hôteliers et les commerçants, donc si on peut faire profiter les gens des couleurs de l’automne en plus, c’est tant mieux.

Mathieu Lapointe, maire de Carleton-sur-Mer et préfet de la MRC d’Avignon

« On espère toujours grandir »

Depuis quelques années, les festivaliers sont de plus en plus nombreux à prendre part à la fête. L’année dernière, ça a été une année record, qui suivait une année record, souligne l’adjoint à la coordination de La Virée, Jean-Simon Landry.

Il indique qu’environ 7200 personnes ont participé à l’événement en 2018, dont 38 % étaient des touristes.

Des dizaines de personnes circulent sous un chapiteau où des gens vendent leurs produits.

Avec plus d'une soixantaine de producteurs et d'artisans venus d'un peu partout en Gaspésie, le marché public de La Virée est le plus grand marché de la région.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Lévesque

Selon Jean-Simon Landry, l’objectif est de poursuivre sur cette lancée, tout en demeurant réaliste. On espère toujours grandir, mais il ne faut pas se fermer les yeux non plus, dit-il. On est un festival extérieur, donc on est un peu dépendant de la météo, comme tous les festivals extérieurs. Ceci dit, l’ensemble de nos activités sont sous couvert, donc qu’il pleuve ou qu’il ne pleuve pas, c’est agréable.

Avec une trentaine d’activités au programme dont une veillée de danse traditionnelle, une soirée de contes, des spectacles ainsi que le plus grand marché public de la Gaspésie, l’adjoint à la coordination du festival considère qu’il y en a vraiment pour tous les goûts.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Culture