•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les verts veulent un réexamen des questions touchant les anciens combattants

Elizabeth May à son arrivée au débat des chefs. Elle sourit. Derrière elle, des militants du Parti vert brandissent des pancartes.

La chef du Parti vert Elizabeth May veut mettre en branle un grand examen national des questions touchant les anciens combattants.

Photo : The Canadian Press / Frank Gunn

La Presse canadienne

Le Canada a besoin d'un « réexamen national » des questions touchant les anciens combattants, a indiqué samedi la chef du Parti vert Elizabeth May.

Elle a promis de mettre en branle son processus dès une éventuelle arrivée au pouvoir des verts.

C'est très important de s'occuper adéquatement de ceux qui sont montés au front pour nous, a déclaré Mme May. Nous devons aussi rassurer les jeunes qui souhaitent faire carrière dans les Forces armées que leur avenir sera protégé.

Mme May mène campagne dans les provinces maritimes. Elle a fait son annonce à Charlottetown, sur l'Île-du-Prince-Édouard, où le ministère des Anciens combattants a son siège social.

Certains anciens combattants en veulent aux conservateurs et aux libéraux des modifications apportées à leur régime de pension et du manque d'appui à ceux qui ont été blessés dans l'exercice de leurs fonctions.

Le Parti vert s'est engagé à rétablir le montant des paiements périodiques d'avant 2006. Mme May s'est aussi engagée à abroger « l'article de la Loi sur les pensions de retraite qui prive de pension les conjoints survivants de certains travailleurs, y compris ceux de la GRC, et les anciens combattants qui se sont mariés après 60 ans ».

Selon elle, il s'agit de la première étape d'un chemin menant vers un plus grand examen de la manière dont le pays traite ceux qui l'ont servi militairement.

Mme May a souligné que ce n'est pas seulement la bonne chose à faire; c’est aussi une façon de rassurer ceux qui choisissent de faire carrière dans les Forces armées canadiennes qu'ils ne seront pas abandonnés s'ils subissent des blessures dans l'exercice de leurs fonctions.

Notre dossier Élections Canada 2019

Politique fédérale

Politique