•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quatre bateaux de croisière avec 6000 passagers à Sydney

Un bateau de croisière amarré à un port.

Le port de Sydney va accueillir près de 6000 personnes en une seule journée.

Photo :  CBC / Holly Conners

Radio-Canada

La ville portuaire de Sydney en Nouvelle-Écosse accueille samedi quatre grands bateaux de croisières qui transporteront au-delà de 6000 personnes sur ses quais.

Sydney est souvent un point d'arrêt pour de nombreux bateaux de croisière, mais il est rare pour cette petite région de la Nouvelle-Écosse de voir débarquer autant de gens à la fois sur son territoire.

Les responsables municipaux ont dû revoir la logistique d'accueil des bateaux et préparer une sécurité plus accrue en ville pour la fin de semaine.

« C'est très inhabituel. Ça ne nous est arrivé qu'une seule fois auparavant », raconte Nicole MacAulay, une responsable au port de Sydney.

Cette semaine, la ville se préparait à l'accueil de trois de ces bateaux de croisière, lorsque le Silver Wind a demandé pour accoster un jour plus tôt à cause de la mauvaise température prévue dimanche.

Un bateau de croisière arrive près d'un port.

Le Silver Wind fait partie des bateaux de croisière qui accosteront au quai de Sydney aujourd'hui.

Photo : Gracieuseté / Harry Sheppard

Ce trafic important donne un aperçu de la prochaine saison touristique, avec l'ouverture du deuxième port de Sydney.

Mme MacAulay souligne que plus de 200 000 visiteurs sont attendus l'an prochain sur les quais de la ville néo-écossaise, ce qui représente 70 000 passagers de plus qu'en 2018.

« Ça va aussi augmenter le nombre de touristes qui viennent visiter le centre-ville de Sydney et qui vont manger dans les restaurants. Ça rend les choses pas mal plus occupées pour les gens de l'île », indique-t-elle.

Pour se préparer à l'année prochaine, les responsables du port travailleront conjointement avec des opérateurs touristiques et les membres de la communauté pour apporter des ajustements qui aideront à l'accueil de ces nombreux visiteurs en ville. Ces ajustements peuvent aller du nombre d'autobus qui circulent en ville, aux heures d'ouverture des musées.

Nicole MacAuley espère que l’achalandage de visiteurs ne cessera pas de grimper avec les années.

Avec les informations de CBC

Nouvelle-Écosse

Tourisme