•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
analyse

Après les débats, une nouvelle donne

L'animateur Patrice Roy entouré des chefs de partis Jagmeet Singh, Elizabeth May, Maxime Bernier, Justin Trudeau, Andrew Scheer et Yves-François Blanchet, lors du débat en français, jeudi.

Les chefs des six principaux partis fédéraux ont débattu jeudi pour la dernière fois, dans le cadre de la campagne électorale fédérale.

Photo : Radio-Canada

Michel C. Auger

Ceux qui pratiquent l’art, parce que ce n’est quand même pas une science, de prédire le résultat des circonscriptions à partir des sondages laissent maintenant entrevoir de nouvelles possibilités, et ce, pour la première fois de la campagne.

Alors que les libéraux étaient, depuis le déclenchement de la campagne, assez confortablement en avance, on peut maintenant voir un scénario où le prochain gouvernement sera probablement minoritaire. Et il pourrait même être formé par les conservateurs. Rien n’est joué, bien entendu, mais c’est désormais possible.

La poussée du Bloc québécois depuis deux semaines, combinée à celle, plus modeste, du Nouveau Parti démocratique (NPD) en Ontario et en Colombie-Britannique sont en train de bouleverser toutes les hypothèses de départ.

Les libéraux ont longtemps cru qu’ils allaient faire des gains au Québec, qui leur permettraient de compenser des pertes inévitables dans les Maritimes, où ils avaient gagné tous les sièges en 2015. Sauf qu’ils ne voyaient pas du tout le Bloc sur leur radar. Ils affirmaient même que le parti ne serait pas un facteur lors de l’élection.

Les libéraux ont donc passablement négligé de prévoir une campagne, une thématique et un programme spécifiques au Québec, ce qui faisait pourtant partie de l’ADN des victoires libérales depuis un demi-siècle. Ils ont aussi complètement ignoré les demandes du premier ministre François Legault — l’homme politique le plus populaire au Québec actuellement —, permettant à Yves-François Blanchet de se présenter comme son porte-parole.

Pendant ce temps, M. Scheer multipliait les promesses au Québec, mais n’a pu faire oublier son français déficient, son programme bien marqué à droite et son manque d’imagination, puisqu’il reprenait un grand nombre d'initiatives de son prédécesseur Stephen Harper (crédit d’impôt pour le transport en commun, les arts et les sports pour les enfants, etc.)

Le Bloc ignoré

Les conservateurs aussi ont ignoré le Bloc québécois, laissant Yves-François Blanchet faire campagne largement sous le radar et sans être trop inquiété par ses adversaires.

Mais, pour bien des Québécois qui ont voté pour le Bloc depuis deux décennies, il est admis que le Bloc ne peut prétendre au pouvoir. C’est d’autant plus facile de voter pour le Bloc que la souveraineté n’est pas au menu.

D'autant plus que ni le chef libéral ni le chef conservateur ne suscite de grands élans d’enthousiasme.

Après une longue lune de miel, M. Trudeau a déçu en fin de mandat. Du voyage en Inde à l’achat d’un pipeline en passant par la saga SNC-Lavalin où, même si on est d’accord avec la position du premier ministre sur le fond, il a tout de même fort mal géré le dossier.

Le problème de la campagne Trudeau est surtout un déficit d’enthousiasme. En 2015, les électeurs de moins de 35 ans, traditionnellement moins enclins à voter, sont sortis en masse pour les libéraux. Cette année, ce sont les électeurs de plus de 55 ans — dont le taux de participation est toujours élevé — qui pourraient décider du sort de l’élection.

Au Québec, ce sont en grande majorité des électeurs du Bloc. Au Canada anglais, ce sont surtout des conservateurs. Cela pourrait être la clé de cette élection.

Dans cette fin de campagne où les itinéraires des chefs sont plus révélateurs des courses serrées que les sondages, on voit Jagmeet Singh retourner en Colombie-Britannique, où il a tout de même déjà passé une dizaine de jours. Justin Trudeau devrait passer deux jours complets au Québec à la fin de la semaine prochaine, alors qu’il était prévu qu’il soit en Ontario.

Le Bloc est en train de menacer sérieusement les libéraux au Québec, après avoir grugé de façon significative les appuis des conservateurs. Ainsi, depuis 10 jours, le Bloc a pris sept points de pourcentage dans les sondages, ce qui est une progression très rapide, dans le contexte. Cette hausse lui permet également d'occuper le premier rang dans les intentions de vote chez les francophones.

Pas étonnant que cela se sente sur le terrain. Ainsi, depuis quelques jours, on voit apparaître des pancartes des candidats du Bloc dans certaines circonscriptions où on n’en a pas vu depuis 2011.

Notre dossier Élections Canada 2019

Enlevés aux libéraux

Le parti d’Yves-François Blanchet peut désormais espérer gagner une vingtaine et même une trentaine de sièges — possiblement plus, si la progression se poursuit — dont la majorité seraient enlevés aux libéraux.

Face à cela, au débat de jeudi soir, Justin Trudeau et Andrew Scheer n’ont pu que répéter un argument maintenant éculé, soit que le vote pour le Bloc est un vote perdu, vu qu’il ne peut prendre le pouvoir.

Les Québécois ayant, en toute connaissance de cause, donné la majorité des sièges à ce parti dans six des huit dernières élections depuis 1993, on peut dire qu’ils sont immunisés à ce type de message.

De même, la faiblesse actuelle du Parti Québécois rend pratiquement risible l’argument des conservateurs voulant que le succès du Bloc amène la résurgence des souverainistes et un autre référendum.

Mais en politique, comme en science, l’observation peut changer le phénomène. Les libéraux peuvent-ils récupérer au Bloc, au NPD ou aux verts, quelques électeurs qui craignent avant tout un retour au pouvoir des conservateurs? Le danger, c’est qu’une telle stratégie admet pratiquement qu’on risque la défaite. Mais, semble-t-il, c’est le seul argument qui reste.

Politique fédérale

Politique