•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Publisac est-il voué à disparaître?

Des Publisac accrochés près d'une boîte postale.

Des Publisac sont accrochés près d'une boîte postale pour les résidents d'un quartier.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Mélissa Paradis

Pour plusieurs, le Publisac est un rendez-vous hebdomadaire, mais pour d'autres, c'est une source de gaspillage.

Pour répondre aux inquiétudes des écologistes, Montréal a choisi de se lancer dans une consultation publique sur la possibilité de restreindre sa distribution à ceux qui demandent à le recevoir. Une situation qui fait craindre le pire chez Trium Médias. L'entreprise utilise le Publisac pour distribuer ses journaux.

Cette habitude de le prendre papier, surtout en région, est vraiment encore là. On le reçoit à notre porte, on l'épluche et c'est là qu'on consulte nos journaux, soutient la copropriétaire de Trium Médias, Marlène Claveau.

Marlène Claveau tient les trois publications de Trium Médias.

Marlène Claveau montre les publication de Trium Médias.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

La directrice générale de la Chambre de commerce et d'industrie Lac-Saint-Jean-Est rappelle que plusieurs commerces locaux affichent encore leurs spéciaux dans les cahiers publicitaires qui sont souvent consultés par les personnes âgées.

Les commerçants savent qu'on s'en va vers d'autres outils. Ils sont, comme les quincailleries, sur d'autres outils, d'autres plateformes électroniques, mais il y a encore un bon pourcentage de la clientèle qui est encore dans les outils papier, affirme Kathleen Voyer.

Kathleen Claveau consulte le contenu d'un Publisac.

La dg de la Chambre de commerce et d'industrie Lac-Saint-Jean-Est, Kathleen Voyer, croit que le Publisac attire encore une bonne clientèle.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Depuis quelques mois, Transcontinental, qui produit les Publisac, mène une offensive pour répondre aux critiques environnementales. Des sacs faits de plastique entièrement recyclé ont fait leur entrée à Montréal et seront bientôt distribués dans le reste de la province. Ils sont entièrement recyclables.

Un Publisac fait de plastique recyclé.

Les sacs utilisés par Transcontinental pour le Publisac sont faits de plastique recyclé.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Dans le milieu forestier, on craint la disparition du Publisac pour les emplois.

C'est sûr que ça aurait un impact. Ce ne serait pas nécessairement une catastrophe, mais ça s'ajouterait à tout le reste, et on a déjà assez de défis, soutient le président-directeur général du Conseil de l’industrie forestière du Québec, Denis Lebel.

Plusieurs dénoncent toutefois le fait que le Publisac soit distribué partout à moins qu'un foyer ne refuse de le recevoir. Une procédure que plusieurs ignorent.

Un Publisac accroché à la boîte aux lettres d'une maison.

Le Publisac est distribué dans toutes les maisons, à moins que les résidents ne fassent les procédures pour ne plus le recevoir.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Ça entraîne énormément de gaspillage et ce n'est pas du tout une optimisation des ressources. En plus, souvent, dans les Publisac, il y a peut-être une ou deux circulaires qui vont intéresser des gens, alors que les autres ne sont même pas lus, même pas consultés, indique le professeur en éco-conseil à l’Université du Québec à Chicoutimi, Olivier Riffon.

Transcontinental explique qu'il est trop tôt pour dire si la distribution du Publisac basée sur l'adhésion des gens signerait la fin de son produit. L'entreprise estime toutefois que ce modèle ne serait pas viable.

Saguenay–Lac-St-Jean

Environnement