•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mobilisation pour dénoncer la fermeture de la clinique privée d'avortement

La fermeture imminente de la seule clinique privée d’avortement, annoncée jeudi, s’est imposée comme enjeu sur la scène fédérale.

Un rassemblement de personnes devant un édifice

Près de 150 personnes dénoncent la fermeture de la seule clinique privée d'avortement de la province.

Photo : Radio-Canada / Shane Fowler

Radio-Canada

Une centaine de personnes se sont massées à Fredericton devant les bureaux du ministre de la Santé, vendredi, pour dénoncer la fermeture de la clinique 554.

La clinique privée offre des services d'avortement ainsi que des services de santé à la communauté LGBTQ+.

Enseigne de la clinique.

La clinique 554 au centre-ville de Fredericton.

Photo : Radio-Canada

Les manifestants demandaient au ministre de la Santé d'écouter leurs préoccupations.

On est ici pour dire pourquoi n’écoutez-vous pas un problème de santé significatif qui va mettre 3000 personnes sur une liste d’attente qui est déjà longue. Ça semble être un problème qui devrait avoir son intérêt, a dit Olivier Hébert, militant pour les droits LGBTQ+.

On a besoin d’agir maintenant. Il nous reste 90 jours pour sauver la clinique. Et ça c’est une clinique qui aide des gens de partout dans les Maritimes, pas seulement à Fredericton, a indiqué Luce Thériault, étudiante à Fredericton originaire de Paquetville.

Ils dénoncent la décision des gouvernements successifs à Fredericton de refuser de payer pour les avortements en clinique privée.

Les manifestants s'inquiètent aussi de la disparition des services de santé offerts aux personnes de la communauté LGBTQ+, advenant la fermeture de la clinique.

De passage à Fredericton, la cheffe du Parti Vert fédéral, Elizabeth May, s'est jointe à la manifestation.

Le droit des femmes, le droit de l’avortement, c’est tellement fondamental, a affirmé Mme May. Ici à Fredericton, les droits sont menacés par la décision du premier ministre Higgs.

Une femme dans une foule

La cheffe du Parti vert, Elizabeth May, a participé vendredi en après-midi à un rassemblement visant à soutenir la clinique 554 à Fredericton.

Photo : Radio-Canada / Gary Moore

Le Nouveau-Brunswick a un règlement qui interdit le financement des avortements à l'extérieur d'un hôpital. Ce règlement a été adopté dans les années 80 et doit être supprimé. Nous demandons donc au gouvernement de l'abroger, afin que l'accès à l'avortement soit amélioré pour les gens dans la province, a précisé le Dr Adrian Edgar, directeur médical de la clinique.

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale