•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Franco-Canadiennes répondront à Denise Bombardier à Tout le monde en parle

Les trois femmes sont habillées en noir.

Stéphanie Chouinard, Chloé Freynet-Gagné et Caroline Gélineault

Photo : Avanti Groupe / Karine Dufour

Francis Beaudry

Les Franco-Ontariennes Stéphanie Chouinard et Caroline Gélineault ainsi que la Franco-Manitobaine Chloé Freynet-Gagné ont été invitées à l’émission Tout le monde en parle, sur Radio-Canada, pour répondre à la controverse qui a entouré la sortie du documentaire Denise au pays des francos.

Après une semaine au cours de laquelle les propos de Denise Bombardier ont de nouveau fait lever les boucliers au Québec et dans des communautés francophones au Canada, c’est maintenant la réponse des francophones concernés qui sera diffusée pendant le rendez-vous télévisuel du dimanche soir.

Caroline Gélineault, originaire de Geraldton, dans le nord de l'Ontario, estime qu’on a donné assez de place à Mme Bombardier dans ce débat et qu’il est temps pour sa communauté de passer à autre chose.

Lors de son passage à l’émission du 6 octobre, Denise Bombardier a semé la controverse, notamment en raison des propos négatifs qu'elle a tenus envers les minorités francophones des provinces canadiennes.

Mme Bombardier sur le plateau de  « Tout le monde en parle ».

Denise Bombardier a notamment déclaré à TLMEP que « ce n’est pas parce qu’on parle une langue qu’on possède la culture de cette langue ».

Photo : Avanti Groupe / Karine Dufour

Elle a notamment invité Caroline Gélineault, qui a défendu le français parlé de son collègue, à abandonner sa langue parce qu’il n’y aurait pas d’avenir pour elle en français en raison de la manière dont elle s’exprime.

Pas là pour régler des comptes

De retour en Ontario après le tournage de l'émission, Stéphanie Chouinard et Caroline Gélineault ont affirmé que leur passage à Tout le monde en parle n’était pas une occasion pour elles de régler des comptes.

Nous n’étions pas là pour régler des comptes avec quelqu’un qui ne pouvait pas se défendre.

Stéphanie Chouinard

Les deux Franco-Ontariennes ont toutes les deux dit vouloir parler du dynamisme de leur communauté.

On s’en va à la tribune qui nous est offerte pour parler de notre communauté, de nos réalités, de nos défis, mais aussi de nos réussites.

Caroline Gélineault

Caroline Gélineault souhaite notamment offrir un autre point de vue aux personnes qui connaissent peu de choses sur les minorités francophones au Canada.

Elle considère que Denise Bombardier n’est pas quelqu’un qui nous connaît, n’est pas quelqu’un qui connaît nos réalités.

Un plaidoyer pour sortir le français de ses codes

Caroline Gélineault soutient l’importance de la diversité linguistique dans la vie des francophones en situation minoritaire.

Pour elle, les jugements sur la qualité de la langue font partie du quotidien autant comme francophone au Canada qu’au Québec, en raison des nombreuses institutions qui codifient la langue.

Pour son passage à TLMEP, elle souhaite déconstruire le mythe qu’il n’y a qu’une seule manière de parler le français.

Si elle se réjouit de l’ouverture du public à la cause des francophones en situation minoritaire, Stéphanie Chouinard croit qu’il est important de s’intéresser à celle-ci pas seulement quand elle menacée.

Elle affirme qu’elle a profité de son passage à l'émission pour souligner l’engagement des communautés francophones envers leur survie.

Toronto

Francophonie