•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Poursuite de plus de 1 M$ contre le Valinouët

Le Valinouët

Le Valinouët

Photo : Radio-Canada / Sarah Pedneault

Radio-Canada

Une poursuite civile de plus de 1,2 million de dollars a été déposée suite à un accident survenu le 22 janvier 2017 à la station de ski le Valinouët.

Lucienne Brassard avait fait une mauvaise chute et ressentait des douleurs au genou. C’est pourquoi les secouristes avaient été appelés à intervenir auprès d’elle.

Ils l’ont installée sur une civière-traîneau avant d’entreprendre la descente, mais l’un des deux patrouilleurs est tombé et a lâché la civière, qui a glissé à haute vitesse sur la pente abrupte et glacée pour aller percuter un arbre.

Mme Brassard est alors sérieusement blessée. Les secouristes la transfèrent sur une autre civière en attendant l'arrivée des ambulanciers, qui ont été appelés sur place. C'est là que les choses auraient dégénéré.

Selon la poursuite, les ambulanciers ont constaté que le transfert avait été effectué alors qu'aucun collier cervical n'avait été installé. Or, à l'hôpital, on a constaté des blessures graves : fractures de vertèbres, de côtes, hémorragie interne, qui faisaient craindre pour la vie de la blessée.

Celle-ci a dû séjourner deux mois dans des hôpitaux avant d’entreprendre une longue réadaptation qui n’a pas empêché de nombreuses séquelles avec lesquelles elle doit vivre : douleurs chroniques, perte de capacité qui l'empêche de réaliser les tâches de la vie quotidienne, perte de concentration et mémoire défaillante.

La requête estime que le Valinouët est responsable puisqu'il n'a pas été en mesure de fournir l'équipement adéquat et le personnel qualifié lors de ces événements, et vise également la patrouille canadienne de ski, qui n'a pas prodigué la formation nécessaire à ses sauveteurs.

La poursuite s'élève au total à 1 207 737 $ en dommages liés aux frais encourus et à venir pour Mme Brassard, son conjoint et sa fille, et en dommages non pécuniaires.

La cause doit être entendue par la Cour supérieure.

D’après le reportage de Denis Lapierre

Saguenay–Lac-St-Jean

Accidents et catastrophes