•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa déplore l’action « unilatérale » de la Turquie contre les Kurdes

Chrystia Freeland s'adresse aux journalistes.

La ministre sortante des Affaires étrangères du Canada, Chyrstia Freeland, se dit très préoccupée par l'offensive turque contre les Kurdes du nord de la Syrie.

Photo : Radio-Canada

Stéphane Bordeleau

La ministre sortante des Affaires étrangères du Canada, Chrystia Freeland, se dit très inquiète de la situation dans le nord de la Syrie, où la Turquie, un pays allié de l’OTAN, poursuit son offensive contre les milices kurdes.

De passage à Saguenay, au Québec, dans le cadre de la campagne électorale, Mme Freeland a expliqué aux journalistes qu’en dépit des élections qui arrivent bientôt et des impératifs de la campagne, elle suit de très près l’évolution de la situation dans le nord de la Syrie, où l’offensive turque a fait plusieurs dizaines de morts depuis mercredi.

Hier matin, j’ai parlé avec mon homologue, le ministre des Affaires étrangères de la Turquie [Mevlüt Çavuşoğlu], pour exprimer ce que le Canada a déjà dit en public, soit que nous sommes très, très inquiets des actions unilatérales de la Turquie.

On comprend que la Turquie a ses préoccupations face à sa propre sécurité, mais les actions unilatérales de la Turquie sont très inquiétantes.

Chrystia Freeland, ministre des Affaires étrangères du Canada

La Turquie est un allié historique du Canada dans le cadre de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN), mais les forces kurdes figurent également parmi nos alliés, a indiqué la ministre.

C’est pourquoi elle et ses collègues du gouvernement entendent maintenir le dialogue avec la Turquie sans toutefois tourner le dos aux combattants kurdes, qui ont joué un rôle crucial dans la région ces dernières années dans la lutte contre le groupe armé État islamique.

Les Kurdes sont de très courageux alliés du Canada. Nous étions avec eux lors de la guerre contre Daech [acronyme de l'État islamique en arabe] et c’est très important de rester loyal envers nos alliés.

Chrystia Freeland, ministre des Affaires étrangères du Canada

Des troupes canadiennes sont par ailleurs toujours engagées dans le nord de l’Irak, où elles dirigent le programme de formation de l’OTAN.

Pour la ministre Freeland, l’une des premières préoccupations du Canada en ce qui a trait à l’action militaire lancée par les Turcs mercredi dans le nord de la Syrie, à la faveur du retrait de certaines forces américaines, c’est la sécurité des populations civiles et surtout la crainte d’une nouvelle crise humanitaire dans la région.

La situation est terrible pour les gens qui se trouvent là, a rappelé la ministre.

Une opportunité pour l'EI

L’offensive d’Ankara contre les forces kurdes, qui détiennent un nombre important de prisonniers membres de l’EI, soulève également des craintes de voir des combattants islamistes libérés à la faveur des combats reprendre les armes au sein de l’EI ou de groupes similaires.

La guerre contre Daech est très importante et on ne doit pas penser que tout est fini. On ne peut pas donner à Daech une telle opportunité de continuer à commettre ses atrocités, a souligné Chrystia Freeland.

Hasard ou coïncidence, peu de temps après que la ministre eut tenu ces propos, le groupe armé État islamique a revendiqué un attentat à la voiture piégée qui a fait six morts vendredi dans la ville à majorité kurde de Qamichli, dans le nord-est de la Syrie.

Politique