•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Erika Soucy et l'importance d'écrire sur ce que l'on connaît

Erika Soucy, écrivaine

Erika Soucy est écrivaine

Photo : Atwood Photographie

Anne-Josée Cameron

Les régions, les travailleurs et l'éducation sont au cœur de l'oeuvre créée patiemment par l'écrivaine Erika Soucy depuis près de dix ans. Rencontre avec une jeune auteure inspirante.

Le Québec découvre la jeune auteure Erika Soucy lorsqu'elle décide d'écrire à Bernard « Rambo » Gauthier au lendemain de son passage à Tout le monde en parle en janvier 2017. La lettre ouverte qu'elle publie sur Facebook devient rapidement virale et est reprise par les médias québécois.

« Moi, je voyais en Bernard Gauthier un porte-parole positif, à la base, pour parler de réels enjeux de ma région, explique l'écrivaine. Oui, les conditions des travailleurs, c'était important. Mais pour moi, le réel problème en région, c'était l'accès à l'éducation. J'avais envie qu'il parle de ça en allant à l'Assemblée nationale parce que je croyais en ses chances d'être élu. »

La lettre suscite de nombreuses réactions, positives et négatives. Qui est cette jeune femme qui ose prendre la parole? Une question qui revient alors souvent.

Érika Soucy dans un café près de chez vous

Née en Haute-Côte-Nord et ayant grandi à Donnacona, Erika Soucy s'intéresse très tôt à la culture. Elle y voit une source d'émancipation.

« À l'époque, la culture [en région], c'était beaucoup la télé. Ça a été un tremplin vers quelque chose de plus grand, souligne-t-elle. C'est ce qui me marque de mon enfance ».

Viendra ensuite la découverte de la littérature québécoise vers l'âge de 16 ans.

Une enfance sur la Côte-Nord

L'artiste, née à Portneuf-sur-Mer, attribue en grande partie son imagination, sa créativité et sa soif de connaissances à ses premières années passées dans le nord.

Ses écrits transportent d'ailleurs le souvenir des lieux qui l'ont vue grandir; ses héros habitent souvent en région, dans un monde assez morose.

« Le souvenir le plus fort qui me vient, c'est le beige, raconte-t-elle. Ça semble un peu négatif dit comme ça, mais je m'en suis resservie de manière très positive. On habitait dans une roulotte de chantier. C'était très industriel comme truc. J'ai voulu m'évader, alors je me suis mise à rechercher la connaissance finalement, à chercher la culture. »

Les murailles est le roman avec lequel Érika Soucy a remporté le Prix de création littéraire 2017 du Salon international du livre de Québec et de la Bibliothèque de Québec.

Les murailles, le roman avec lequel Erika Soucy a remporté le Prix de création littéraire 2017 du Salon international du livre de Québec et de la Bibliothèque de Québec.

Photo : Radio-Canada / Anne-Josee Cameron

De l'actualité qui mettait en lumière le syndicaliste Bernard Gauthier, en passant par les héros de ses recueils de poésie ou encore les personnages de son roman Les murailles, l'écrivaine s'inspire en tout temps de ce qu'elle connaît.

« Je parle toujours de ma famille, reconnaît-elle d'emblée. Je viens d'un milieu prolétaire assez pauvre aussi, c'est pas des gens dont on parle nécessairement, qu'on voit beaucoup dans les médias, mais c'est ce que je connais. C'est ce que je maîtrise le mieux. »

Les murailles paru en 2016 en est un bon exemple. L'écrivaine a voulu comprendre la réalité des hommes de sa famille en écrivant ce livre.

En Haute-Côte-Nord, la façon de gagner sa vie principale, c'est par le fly in, fly out. C'est d'aller travailler dans le Nord, soit dans les mines soit dans les barrages hydroélectriques.

Erika Soucy, au sujet de son roman Les murailles.

Le livre est un succès et a même été adapté au théâtre Périscope au printemps 2019.

Gros plan sur le visage d'Erika Soucy, pensive

L'auteure Erika Soucy voulait réfléchir avec le public quant à l'avenir des régions de la province.

Photo : Mathieu Arsenault

Après Les murailles et une saison en tant que scénariste sur la série télévisée de Fabien Cloutier Léo, Erika Soucy travaille maintenant sur l'adaptation pour le cinéma de Lentement la beauté, une pièce de Michel Nadeau.

Erika Soucy en quelques dates

  • 2007 : elle fonde le Off-Festival de poésie de Trois-Rivières
  • 2010 : elle est finissante au Conservatoire de Québec en jeu
  • 2010 : elle publie son premier recueil de poésie, Cochonner le plancher quand la terre est rouge, aux Éditions Trois-Pistoles
  • 2016 : elle publie son roman Les murailles, chez VLB éditeur

Québec

Culture