•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un programme d'immigration économique aboli à l'Î.-P.-É. génère toujours des millions

Un panneau signalétique montrant les douanes pour les passagers en immigration dans un aéroport.

Pendant des années, le gouvernement fédéral et des experts en immigration ont exprimé des préoccupations par rapport à l'ancien Programme des candidats de l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : iStock

François Pierre Dufault

Le gouvernement de l'Île-du-Prince-Édouard continue d'engranger d'importants revenus d'un programme controversé d'immigration économique auquel il a abruptement mis fin, il y a un an.

La province a touché des revenus de 17,4 millions de dollars de son ancien Programme des candidats pour l'exercice financier qui a pris fin le 31 mars dernier, selon les états financiers vérifiés de la société d'État responsable du développement économique qui gérait le programme.

L'année précédente, le programme avait généré des revenus de 17,6 millions de dollars.

L'Île-du-Prince-Édouard a permis à des milliers d'immigrants investisseurs, venus de Chine pour la plupart, d'obtenir la résidence permanente au Canada en vertu de son Programme des candidats. Ces immigrants devaient payer un dépôt de garantie de 200 000 $ qui leur était remboursé s'ils exploitaient toujours une entreprise un an après leur arrivée.

Mais le programme n'a jamais atteint ses objectifs, selon l'ancien gouvernement libéral qui y a mis fin.

Un taux de rétention peu reluisant

Dans les faits, l'Île-du-Prince-Édouard a le pire taux de rétention de ses immigrants économiques au pays. Ce taux était de 14 % entre 2010 et 2015. Plus récemment, en 2016 et 2017, la province a vu les deux tiers de ses immigrants investisseurs plier bagage. La majorité d'entre eux n'ont même jamais ouvert une entreprise dans la province.

Entre 2007 et 2019, le gouvernement insulaire a engrangé plus de 140 millions de dollars en dépôts de garantie d'immigrants qui sont partis.

Le ministre progressiste-conservateur responsable de l'immigration, Matthew MacKay, explique que 844 dossiers d'immigrants investisseurs étaient toujours en traitement au moment où le programme a été aboli en 2018. Selon l'élu, plusieurs de ces immigrants n'ont ensuite pas satisfait aux exigences du programme et ils ont perdu leur dépôt de garantie.

Des millions de dollars sont ainsi restés dans les coffres de la province après la fin annoncée du programme.

Je suis déçu par les ratés du programme. Je ne veux pas voir de ratés, je veux voir notre population grandir.

Matthew MacKay, ministre de la Croissance économique, du Tourisme et de la Culture de l'Île-du-Prince-Édouard

Un programme qui équivalait à « vendre la résidence permanente »

Pendant des années, le gouvernement fédéral et des experts en immigration ont exprimé des préoccupations par rapport à l'ancien Programme des candidats de l'Île-du-Prince-Édouard. Selon l'avocat spécialisé en immigration Richard Kurland, la province était, en pratique, en train de vendre la résidence permanente au Canada.

L'ancien gouvernement libéral avait décidé d'abolir le programme controversé en 2018 peu avant l'ouverture à Charlottetown d'un important procès pour fraude à l'immigration.

Alors qu'ils se trouvaient dans l'opposition à l'Assemblée législative, les progressistes-conservateurs ont souvent accusé les libéraux de mauvaise gestion chronique dans le dossier de l'immigration économique.

Le motel Sherwood à Charlottetown, à l'Île-du-Prince-Édouard, est au cœur d'une enquête de l'Agence des services frontaliers du Canada.

Le motel Sherwood à Charlottetown, à l'Île-du-Prince-Édouard, s'est retrouvé au cœur d'une enquête de l'Agence des services frontaliers du Canada. Des accusations de fraude à l'immigration déposées contre ses propriétaires ont finalement été suspendues en 2018 au terme d'un procès.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Rochford

Un soutien aux immigrants investisseurs potentiels

Le ministre Matthew MacKay indique que depuis les dernières élections, le gouvernement a embauché des travailleurs pour aider les immigrants investisseurs à s'installer dans la province et mieux comprendre les défis auxquels ils font face. Selon l'élu, le taux de rétention de ces immigrants s'est amélioré au cours de la dernière année.

Le chef du Parti vert, Peter Bevan-Baker, demande au gouvernement de mettre sur pied un programme d'immigration économique qui permet véritablement d'accroître la population de la province. Les programmes d'immigration n'ont jamais été conçus pour être des sources de revenus, ils sont conçus pour attirer de nouvelles personnes dans nos collectivités et pour améliorer la mosaïque culturelle que nous avons ici, dit-il.

L'Île-du-Prince-Édouard cherche toujours à attirer des immigrants investisseurs. Ceux-ci n'ont plus à payer un dépôt de garantie. Ils doivent toutefois exploiter une entreprise pendant 3 ans avant d'avoir droit à la résidence permanente.

Avec des renseignements de Kerry Campbell, de CBC

Île-du-Prince-Édouard

Politique provinciale