•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Revigorer l'identité francophone canadienne

Des gens dansent et discutent dans une salle à la lumière tamisée.

Une célébration festive lors du Congrès annuel de la francophonie albertaine en octobre 2018.

Photo : ACFA

Jean-Marie Yambayamba

L'Association canadienne-française de l'Alberta (ACFA) tient son plus important rassemblement de l'année le week-end prochain à Calgary. Le Congrès annuel de la francophonie albertaine aura lieu les 18 et 19 octobre au Centre de conférence MacEwan de l'Université de Calgary. Après les bons mots entendus sur le français et les francophones lors de la campagne électorale fédérale en cours, je suis tenté de me demander si l'ACFA y verra une piste pour revigorer sa mission et l'identité francophone au pays.

Sans complexe

Sans en nier certaines limites, le français de Jagmeet Singh, Andrew Sheer et Elizabeth May, qui ne sont pas des francophones, m'a impressionné. Lors du débat en français, jeudi, ces chefs de partis n'ont pas laissé leurs homologues francophones Yves-François Blanchet, Justin Trudeau et Maxime Bernier leur voler toute la vedette. Dans leurs yeux, je n'ai vu aucun complexe pour souligner la passion qui les a amenés à apprendre et adopter la langue de Molière. Comme les autres, ils ont aussi juré de ne pas laisser tomber les francophones, malmenés souvent, particulièrement là où ils sont minoritaires. Espérons que ces promesses ne s'arrêteront pas aux mots.

Échanges

Une autre particularité m'a aussi paru rafraîchissante: voir Daniel Thibault, animateur des Coulisses du pouvoir, et Yolandes James, de l'émission Les Ex, parmi les principaux commentaires d'après débat à la télévision du réseau anglais de Radio-Canada. Le réseau français avait aussi une commentatrice d'expression anglaise. À mes yeux, ce type d'échanges est révélateur d'une dimension inhabituellement mise en valeur en ce qui concerne les langues officielles du Canada. Je ne pense pas vraiment que les francophones ne soient que des minoritaires voués à se battre pour leur survie et pour obtenir des services dans leur langue. Ils incarnent une dimension de l'identité canadienne que tous les citoyens pourraient désirer et dont ils pourraient se sentir fiers.

L'animateur Patrice Roy entouré des chefs de partis Jagmeet Singh, Elizabeth May, Maxime Bernier, Justin Trudeau, Andrew Scheer et Yves-François Blanchet, lors du débet en français, jeudi.

L'animateur Patrice Roy entouré des chefs de partis Jagmeet Singh, Elizabeth May, Maxime Bernier, Justin Trudeau, Andrew Scheer et Yves-François Blanchet, lors du débet en français, jeudi.

Photo : Radio-Canada

Écrasant ou écrasé?

Lors du Congrès annuel de la francophonie albertaine, Manal Drissi, chroniqueuse à l'émission «Plus on est de fous, plus on lit», sera la conférencière principale. Elle abordera la question: « Le français dans le monde est-il écrasant ou écrasé? » Question provocante, s'il en est une, mais très intéressante et suggestive, tout de même.

Dans son énoncé de mission, l'ACFA dit rallier les forces vives de la société en vue de protéger les acquis, fait avancer les droits et accroître la vitalité de la collectivité francophone en Alberta. Difficile de ne pas voir que la lutte légitime pour la survie y reste dominante. Mais les francophones albertains, comme les autres minorités francophones hors Québec, ne peuvent-ils pas aussi mettre à profit l'ouverture de ceux qui ont adopté leur langue avec fierté? Personnellement, je le crois possible, sans pour autant en minimiser les difficultés.

C'est possible

Pour être venu moi-même d'une contrée qui est décrite aujourd'hui comme le plus grand pays francophone du monde, je peux attester que cette possibilité n'est pas illusoire, si les francophones et les dirigeants politiques y mettent vraiment leur énergie. La volonté culturelle et politique qui a fait de la République démocratique du Congo un pays francophone peut opérer des transformations similaires ailleurs!

Visage d'une femme avec un air officiel

Louise Mushikiwabo, ancienne ministre des Affaires extérieures du Rwanda et secrétaire générale de l'Organisation internationale de la Francophonie (archives)

Photo : AFP/Getty Images / LUDOVIC MARIN

Vers la fin des années 1980, je vivais au Rwanda qui avait alors le français pour langue officielle, en plus du kinyarwanda. Après l'arrivée au pouvoir de l'APR de Paul Kagame, le président actuel, en 1994, l'anglais a pris le dessus, éclipsant le français. Des années plus tard, le Rwanda a renoué avec la francophonie. Et depuis janvier 2019, c'est l'ex-ministre rwandaise des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo, qui est la secrétaire générale de l'Organisation internationale de la francophonie. C'est dire que l'histoire n'est pas une pesanteur absolue, immuable!

Va-t-on oser?

La francophonie albertaine est l'un des multiples visages de la francophonie canadienne et de la francophonie mondiale. Ses acteurs n'ont certes pas tout le pouvoir politique, mais ils peuvent au moins exploiter la volonté affichée par les leaders canadiens actuels pour faire monter d'un cran leur réalité francophone et la position du français.

Logo du Congrès annuel de la francophonie albertaine avec invitation à s'inscrire.

Logo du Congrès annuel de la francophonie albertaine avec invitation à s'inscrire.

Photo : ACFA

Je souhaite de tout coeur que notre condition dépasse la position de survie et de revendication. Comme francophones, nous avons toujours une certaine chance d'entraîner les anglophones et les autres communautés linguistiques du pays à s'approprier et à célébrer la langue française à leur tour.

Je suis curieux de savoir comment l'ACFA et son prochain congrès réagiraient à une telle éventualité!

Alberta

Francophonie