•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dégringolade boursière pour le producteur de cannabis Hexo, à Gatineau

Une employée de la compagnie Hexo Corp. examine des plants de cannabis dans une serre.

L'action du producteur de cannabis Hexo, à Gatineau, a chuté jeudi à la Bourse de Toronto (archives).

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Pascal Gervais

Le producteur de cannabis Hexo, à Gatineau, informe les investisseurs que ses revenus nets au quatrième trimestre seront largement inférieurs aux attentes, en plus de retirer ses prévisions pour 2020.

Cette mauvaise nouvelle a provoqué une dégringolade de l'action du producteur de cannabis à la Bourse de Toronto. Jeudi, l'action a touché un creux annuel de 3,60 $, soit près du quart de sa valeur. En après-midi, l'action retraitait de 23,36 %.

Une infographie montrant que le prix des actions de Hexo est passé d'un peu plus de 5,5 $ à près de 3 $ l'action.

L'action de Hexo a dégringolé à la Bourse de Toronto.

Photo : Radio-Canada

La société gatinoise, principal fournisseur de la Société québécoise du cannabis (SQDC), devrait générer des revenus nets oscillant entre 14,5 et 16,5 millions de dollars pour le trimestre se terminant le 31 juillet. Il s'agit d'une baisse de plus de 40 % par rapport aux prévisions.

L’entreprise Hexo explique par communiqué que l'ouverture plus lente que prévu des magasins, le retard de la date d'approbation gouvernementale de la vente de produits dérivés du cannabis et les signes précoces des pressions sur les prix sont ressentis à l'échelle du pays.

On apprenait par Statistique Canada que les prix du cannabis légal et du cannabis illégal sont en baisse. Hexo est donc forcé de revoir à la baisse ses prévisions pour le quatrième trimestre et de retirer ses prévisions pour 2020. Ce genre d’interventions dans le monde boursier ne plaît pas aux investisseurs, a expliqué sur les ondes de Radio-Canada le journaliste spécialisé en économie Gérald Fillion.

Le producteur de cannabis québécois a vu ses activités croître rapidement au cours des dernières années. À la fin du mois d'avril, l'entreprise Hexo comptait 822 employés, soit 5 fois plus que l'année précédente.

Les périls de la spéculation

Selon des spécialistes, une bulle spéculative, lors de laquelle le prix des actions a grimpé très rapidement, a éclaté dans l'industrie du cannabis.

Les investisseurs ont peut-être espéré beaucoup, avant la légalisation canadienne, que cette dernière aurait un effet plus rapide sur les marchés ailleurs dans le monde et que le marché américain s'ouvrirait plus vite. Il faut se méfier des prévisions de ventes, surtout dans les marchés naissants, a jugé Bertrand Schepper, chercheur à l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS).

Les investisseurs ont décidé d'acheter des actions de Hexo alors que l'action montait en flèche, mais ils sont aujourd'hui déçus des profits de l'entreprise, explique pour sa part Gilles Levasseur, professeur de gestion à l'Université d'Ottawa. L'entreprise gatinoise ne serait d'ailleurs pas la seule à être touchée par le phénomène.

Dans l'industrie du cannabis, on voit des baisses un peu partout, ce qui veut dire que les investisseurs ont décidé de sortir du marché pour ne pas avoir ces actions au cas où il y aurait des pertes plus substantielles.

Gilles Levasseur, professeur de gestion à l'Université d'Ottawa

Selon M. Schepper et M. Levasseur, les investisseurs devraient maintenant miser sur des résultats positifs à long terme.

Entre-temps, les problèmes d'Hexo toucheront probablement les employés de l'entreprise, juge le professeur de l'Université d'Ottawa.

Quand les revenus ne sont pas là, on coupe les dépenses, dont les salaires. On est encore plus exigeant envers les employés pour faire remonter l'action et la rentabilité de l'entreprise, a signalé M. Levasseur.

Ottawa-Gatineau

Cannabis