•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dans les poches des électeurs, la clé du pouvoir

Des maisons en rangée à Burlington avec des voitures devant, en banlieue de Toronto.

Des maisons en rangée à Burlington, en banlieue de Toronto.

Photo : Radio-Canada / Thomas Gerbet

Thomas Gerbet

Le coût de la vie, c’est l’enjeu qui préoccupe le plus les Canadiens, selon des sondages, en particulier les familles. C'est ce qu'on a pu constater en banlieue de Toronto.

Burlington aligne des maisons en rangée sur des kilomètres. Impensable de vivre ici sans voiture, dans cette banlieue à l'ouest de Toronto.

Et la patience est de mise. À l'heure de pointe, se rendre au centre-ville de la métropole peut prendre jusqu'à deux heures.

« Il faut conduire pour amener les enfants à la garderie, conduire pour aller au travail, conduire, conduire et conduire », se plaint Judy, qui met de l'essence dans sa voiture.

À la hauteur de ses yeux à la pompe, le gouvernement provincial de Doug Ford a placé des autocollants contre la taxe carbone instaurée par les libéraux de Justin Trudeau.

On peut voir sur les autocollants le coût de la taxe carbone par litre (4,4 cents) et sa progression à venir jusqu'à 11,1 cents par litre, en 2022. Aucune mention du remboursement aux citoyens par le gouvernement fédéral. Tout est fait pour envoyer le message que ça va coûter cher.

« On va recevoir 300 $, mais la taxe carbone m'aura coûté plus cher que ça, calcule Judy. D'ailleurs, à quoi ça servirait de le facturer pour ensuite remettre l'argent à tout le monde. Ça n'aurait aucun sens. »

Les circonscriptions de la banlieue de Toronto sont très nombreuses et votent souvent en bloc. Ici, on peut gagner ou perdre le pouvoir.

Le coût de la vie est très élevé, chaque jour on a l'impression d'en perdre un peu plus au profit des taxes ou autres.

Trent, un électeur conservateur de Burlington

Trent, qui a deux voitures, a-t-il des difficultés à boucler ses fins de mois? « Je n'ai pas de dettes personnelles, reconnaît-il, à l'exception du crédit auto. »

S'il veut plus d'argent dans ses poches, c'est en prévision de la retraite, dit-il, pour laquelle il a très peu d'épargnes de côté.

Quelques maisons plus loin, devant son camion pickup et son bateau, John peste contre le bilan du gouvernement libéral : « Trudeau avait promis d'équilibrer le budget en 2019 et il ne l'a pas fait. C'est un échec total. »

Cet électeur conservateur revendique, lui aussi, moins de taxes : « Je préfère avoir plus d'argent dans mes poches pour contrôler ma propre destinée. Je peux mieux gérer cet argent que le gouvernement. »

À moins de 500 000 $, difficile de se loger pour une famille

L'agente immobilière Audrey Bailey, qui travaille sur les territoires de Burlington et Hamilton, juge qu'il faut au moins un budget entre 500 000 $ et 700 000 $ pour qu'une famille puisse acheter une propriété. Même à 50 kilomètres de Toronto.

« Des jeunes couples sans enfant qui ont des budgets de moins de 500 000 $, ça devient très difficile de trouver, explique-t-elle. Malheureusement, ils doivent continuer de louer. »

Le problème, c'est que la location coûte aussi très cher. « Ça prend des années à économiser pour la mise de fonds », reconnaît Audrey Bailey.

L'ombre de Doug Ford

Devant l'école francophone catholique Saint-Philippe, les parents nous parlent beaucoup de l'impact des compressions budgétaires du gouvernement progressiste-conservateur provincial, élu l'an dernier.

« L'école essaie de faire le plus qu'elle peut avec le peu d'argent qu'elle a, raconte Kim, une mère d'élève. On fait beaucoup de campagnes de financement. Encore plus qu'il y a quelques années. »

Cette pédiatre constate aussi l'impact des coupes en santé : « On fait vraiment des miracles avec très peu. Depuis le gouvernement Ford, c'est terrible. »

Même des électeurs conservateurs nous ont avoué être déçus par les gestes posés par Doug Ford. Assez pour ne pas voter conservateur aux élections fédérales du 21 octobre?

Notre dossier Élections Canada 2019

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique