•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ministre de l’Éducation surpris de voir Liz S. Gagné « s’accrocher à son poste »

Portrait de Liz Gagné dans une salle de conférence.

Liz S. Gagné est présidente de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay.

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

Radio-Canada

Le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Jean-François Roberge, est étonné par la décision de la présidente de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay.

Jeudi soir, lors d’une assemblée extraordinaire du conseil des commissaires, Liz S. Gagné a annoncé son intention de rester en dépit d’un jugement qui confirme qu’elle a harcelé psychologiquement l’ancienne directrice de la Commission scolaire, Chantale Cyr, qui avait également été congédiée illégalement.

Le bureau de Jean-François Roberge a réagi par courriel à cette affaire. On se dit particulièrement surpris de la décision de Liz S. Gagné de s’accrocher à son poste. Dans le même courriel, on qualifie le jugement du Tribunal administratif du travail « d’accablant ». On parle de harcèlement psychologique et de congédiement illégal. C’est extrêmement grave, peut-on lire.

Le ministre redemande à la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay de ne pas contester le jugement plaidant que cette affaire a déjà coûté 600 000 $ aux contribuables. C’est de l’argent qui ne va pas dans les services aux élèves. C’est assez.

Le ministère compte continuer de surveiller « de très près » la situation dans les semaines à venir.

Chantale Cyr dans un couloir du palais de justice.

Chantale Cyr conteste son congédiement devant le Tribunal administratif du travail.

Photo : Radio-Canada

Le Syndicat de l'enseignement ne souhaite pas le retour de Chantale Cyr

La présidente du Syndicat de l’enseignement du Saguenay, Aline Beaudoin, espère que Chantale Cyr ne reprendra pas son poste de directrice générale à la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay.

Le harcèlement envers Chantale Cyr et son congédiement illégal viennent d’être reconnus par le Tribunal administratif du travail.

Aline Beaudoin affirme que le style de gestion de Mme Cyr a laissé des marques à l’interne et que l'éventualité de son retour provoque de l’incertitude chez plusieurs employés. Le style de gestion qu’on a vécu quand Mme Cyr était là a laissé des marques, a-t-elle mentionné en entrevue à l’émission C’est jamais pareil.

Il y en a pour qui c’est anxiogène le fait que potentiellement Mme Cyr revienne. Certains font de l’anxiété par rapport à ça, ne comprennent pas.

Aline Beaudoin, présidente du Syndicat de l'enseignement du Saguenay

Sans détour, elle affirme souhaiter carrément que Mme Cyr coupera ses liens avec la Commission scolaire.

C’est un milieu dans lequel elle n’est pas la bienvenue, de toute évidence, indique Aline Beaudoin. Ce sera difficile de travailler avec des gens qui ont témoigné contre elle. Quel est son intérêt à revenir dans ce milieu? Idéalement, ce serait d’avoir une entente pour clore le sujet et lui permettre d’aller travailler ailleurs.

En accord avec la décision de Liz S. Gagné

Par ailleurs, Aline Beaudoin n'est pas surprise et se dit même en accord avec la décision de Liz S. Gagné de demeurer présidente de la commission scolaire malgré des appels à la démission.

Elle déplore cependant les sommes investies depuis le début de cette saga. Ça fait pression sur le budget global de la commission scolaire et il y a des effets sur le travail, rappelle-t-elle.

Saguenay–Lac-St-Jean

Relations de travail