•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Primes en trop à Alcool NB : l’ancien PDG se défend

Brian Harriman présente le magasin avec un grand sourire aux lèvres.

Le contrôleur du N.-B. tient l'ancien PDG d'Alcool NB, Brian Harriman, en grande partie responsable des primes versées en trop aux employés de la société d'État l'an dernier.

Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

Radio-Canada

L’ancien PDG d’Alcool NB, Brian Harriman, défend sa décision d’autoriser le versement de près de 600 000 $ en primes excédentaires aux employés de la société de la Couronne, l’an dernier.

Dans une déclaration écrite, il explique que la convention collective des employés l’obligeait à approuver ce versement, même si une semaine additionnelle de ventes - et de profits - a été ajoutée aux résultats financiers de l’entreprise l’an dernier pour corriger une erreur comptable.

En préparant nos résultats financiers préliminaires, nous avons constaté que nos règlements statutaires exigeaient que nous ajoutions une 53e semaine à nos résultats, écrit-il.

L’ajout de cette 53e semaine a gonflé artificiellement les profits d’Alcool NB et, en conséquence, les primes versées aux employés, puisque les bonis sont calculés à partir des bénéfices de l’entreprise.

Mercredi, le ministère des Finances du Nouveau-Brunswick a dévoilé les résultats d’un examen comptable des primes versées.

Il avait commandé cet examen au Bureau du contrôleur après des reportages indiquant qu’Alcool NB avait versé 404 000 $ en trop à ses employés en 2018 parce que l'organisme avait perdu le fil de son calendrier fiscal, ce qui l’avait incité à ajouter une semaine à ses livres.

Cet ajustement avait déclenché le versement de primes en trop de plus de 580 000 $ en vertu du plan de partage avec les employés des bénéfices de la société de la Couronne. Une somme de 55 349 $ en primes excédentaires s’est ajoutée lorsque les gestionnaires d'Alcool NB ont surestimé les profits du 4e trimestre l’an dernier.

Des explications incomplètes

Dans son rapport, le contrôleur tient en grande partie Brian Harriman responsable des primes versées en trop. Il estime que l’ancien PDG aurait dû, lorsqu’on s’est rendu compte des erreurs comptables, ajuster à la hausse les objectifs de profit pour 2018 de façon à éviter les paiements excédentaires, le montant des primes étant rattachés aux profits.

Dans sa déclaration, M. Harriman n’explique pas pourquoi il n’a pas agi de la sorte. Il n’explique pas non plus comment l’équipe de gestion d’Alcool NB a pu se tromper sur la date de fin de l’année financière en 2018, qui avait d’abord été fixée au 25 mars plutôt qu’au 1er avril.

Il précise qu’il ne fera pas d’autres commentaires au sujet de cette affaire.

M. Harriman a quitté Alcool NB plus tôt cette année pour devenir chef des opérations d’un producteur de cannabis de Calgary, Sundial Growers.

Avec les renseignements de Robert Jones, de CBC

Nouveau-Brunswick

Finance et assurances