•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toronto : le paradis de la revente de souliers au Canada

Des milliers d'amateurs de souliers se sont donné rendez-vous au rassemblement annuel de Sneaker Con Toronto. L'événement a lieu dans des dizaines de villes à travers le monde.

Photo : Radio-Canada / Matéo Garcia-Tremblay

Myriam Eddahia

Les amateurs de chaussures de sport exclusives (sneakers) se multiplient et des milliers de revendeurs en profitent pour se remplir les poches. Ce marché gagne en popularité auprès des jeunes qui tentent de mettre la main sur la nouvelle paire de souliers pour les porter ou pour les vendre au plus offrant.

Presque chaque jour, une nouvelle paire de chaussures de sport exclusives est mise en vente en ligne et dans des magasins spécialisés.

Le marché de la revente de chaussures de sport représente déjà un milliard de dollars, selon les informations du site web Business Insider.

Les pages qui rassemblent les amateurs de souliers sur Facebook ou sur Instagram multiplient les abonnés qui souhaitent vendre, acheter ou échanger.

Sneaker Con est l'un des rassemblements les plus importants pour les amateurs de chaussures de sport au monde.

Cette rencontre annuelle permet aux vendeurs et aux acheteurs de mettre la main sur les modèles les plus recherchés sur le marché.

J'ai vendu toutes les paires de souliers que j'ai amenées, je me suis fait de l'argent. [...] Ce qui est l'fun aussi, c'est la communauté. La culture [du sneaker] est répandue. Moi je viens de Montréal, j'ai réussi à trouver un gars qui vit à Toronto pour me vendre une paire de souliers et on va se rencontrer ici, même si je suis à 450 kilomètres de lui. C'est quand même fou, interpelle l'amateur de souliers exclusifs, Benjamin Tejada Lopez.

Des dizaines de milliers d'amateurs analysent l'offre et la demande et en font leur gagne-pain.

Des acheteurs regardent des souliers à vendre.

Lujah Dauphin (à gauche) est propriétaire du magasin Centrall Montreal qui vend des paires de souliers exclusives. Se déplacer à Sneaker Con à Toronto fait partie des activités de son entreprise.

Photo : Radio-Canada / Matéo Garcia-Tremblay

Lujah Dauphin, 18 ans, est l'un d'entre eux.

C'est vraiment comme le marché boursier. C'est une industrie de plusieurs milliards de dollars.

Lujah Dauphin, propriétaire de Centrall Montreal

Il y a un peu plus d'un an, il a ouvert son propre magasin Centrall Montreal et emploie maintenant de jeunes amateurs de souliers comme lui.

Depuis trois ans, Lujah Dauphin se rend à Sneaker Con à Toronto pour vendre ses chaussures et pour réapprovisionner l'inventaire de son magasin.

Comme dans n'importe quelle industrie, les revendeurs et les acheteurs de souliers étudient le marché avec attention en évaluant à quel prix seront vendues les paires de chaussures, qu'elles soient récentes ou qu'elles soient devenues une pièce de collection.

Des éléments comme la rareté du produit, la demande et son affiliation avec un artiste pèsent dans la balance quand vient le temps de revendre la paire de souliers.

Sa valeur est déterminée par un ensemble de facteurs dont, entre autres, la popularité de l'artiste ou de l'athlète associé à la paire de souliers.

Le visage d'un jeune homme avec une barbe.

« En termes d'événement, Sneaker Con est incomparable », dit l'amateur de souliers exclusifs, Benjamin Tejada Lopez.

Photo : Radio-Canada / Matéo Garcia-Tremblay

Par exemple, les souliers de Kawhi Leonard il y a un an, un an et demi, valaient peut-être 300 à 500 dollars sur le marché, mais maintenant avec la victoire des Raptors, tu ne peux pas les trouver en dessous de 2500 ou 3000 dollars. C'est quand même fou et intense à voir!

Benjamin Tejada Lopez, amateur de souliers exclusifs
Le visage d'un jeune homme avec une barbe.

La « culture du sneaker » est rassembleuse, selon un amateur de souliers et autres accessoires exclusifs, Yohan Rebboh.

Photo : Radio-Canada / Matéo Garcia-Tremblay

Le « sneaker game » facilite la rencontre entre les gens, ça te permet d'être toi-même, de t'exprimer, de faire de l'argent. Ça rejoint beaucoup de gens. Il y a 10 000 personnes dans cette salle, conclut pour sa part un autre adepte, Yohan Rebboh.

Depuis sa création il y a dix ans, Sneaker Con a organisé plus d'une centaine d'événements dans une trentaine de villes à travers le monde, dont Toronto, peut-on lire sur le site web officiel de l'organisation.

En collaboration avec Matéo Garcia-Tremblay.

Toronto

Économie