•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le vapotage lié à deux cas de maladie grave au Nouveau-Brunswick

La médecin-hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick rappelle aux gens que le vapotage comporte des risques pour la santé.

Photo : La Presse canadienne / Nam Y. Huh

Radio-Canada

Deux cas de maladie respiratoire grave, dont le lien avec le vapotage est considéré comme « probable », sont signalés au Nouveau-Brunswick, annonce le ministère provincial de la Santé.

Les autorités médicales encouragent les médecins à signaler les cas de ce genre à la santé publique, explique la médecin-hygiéniste en chef, la Dre Jennifer Russell.

Le vapotage n’est pas sécuritaire pour les jeunes ou les femmes enceintes. Je rappelle à tous les gens du Nouveau-Brunswick que le vapotage n’est pas sans risques et que ses effets possibles à long terme demeurent inconnus, affirme la Dre Russell.

Jennifer Russell en point de presse.

La médecin-hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, Jennifer Russell

Photo : Radio-Canada

Son bureau collabore avec Santé Canada et l’Agence de la santé publique du Canada sur cette question depuis la confirmation d’un cas de maladie liée au vapotage au Québec ainsi que d’autres maladies en Ontario et aux États-Unis.

Les gens qui utilisent des produits de vapotage, y compris pour le cannabis, ou qui ont déjà utilisé ces produits, devraient être attentifs aux symptômes possibles de maladie respiratoire, recommandent les autorités médicales.

La Dre Russell rappelle que 64 % des cas de maladies respiratoires signalés aux États-Unis sont liés au vapotage de produits qui contenaient du cannabis.

Toute personne qui présente des symptômes de toux, d’essoufflement et de douleurs thoraciques devrait consulter rapidement un médecin et lui dire qu’elle vapote ou qu’elle a vapoté dans le passé, ajoute le ministère de la Santé.

Les gens qui veulent cesser de fumer ou de vapoter peuvent aussi obtenir des conseils personnalisés gratuits en laissant un message au service Vivez sans fumée, au 1-866-366-3667. Un représentant les rappellera.

Le Conseil des médecins hygiénistes en chef préoccupé

Au moment où les deux cas néo-brunswickois étaient rapportés, le Conseil des médecins hygiénistes en chef du Canada publiait une déclaration pour exprimer sa vive inquiétude par rapport à l'augmentation marquée du vapotage chez les jeunes Canadiens.

Deux adolescentes vapotent.

Le Conseil des médecins hygiénistes en chef du Canada s'inquiète de la hausse de popularité du vapotage chez les jeunes.

Photo : iStock

Le Conseil souligne que les produits de vapotage contiennent un mélange de produits chimiques, dont des substances nocives ou potentiellement nocives comme de la nicotine, des solvants, des substances cancérogènes [...], des métaux lourds et des aromatisants, et dont les effets, lorsqu'on les inhale profondément, ne sont pas pleinement connus.

Le Conseil fait trois recommandations aux Canadiens :

  • s'abstenir d'utiliser des cigarettes électroniques ou des produits de vapotage, particulièrement les produits achetés illégalement, dont ceux qui contiennent du cannabis;
  • consulter si l'on présente des symptômes de maladie pulmonaire après avoir utilisé des produits de vapotage;
  • s'abstenir de recommencer à fumer des cigarettes si on délaisse des produits de vapotage à la nicotine adoptés à l'origine pour arrêter de fumer.

Le Conseil s'inquiète particulièrement de la possibilité que le vapotage chez les jeunes crée chez eux une dépendance à la nicotine et les pousse éventuellement à fumer des cigarettes.

Nous redoutons vivement qu'une nouvelle génération de jeunes dépendants de la nicotine provoque une résurgence du tabagisme, ce qui annulerait des décennies de progrès et engendrerait de nouveaux problèmes de santé publique, écrit-il.

Nouveau-Brunswick

Santé publique