•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le centre propétrole du PCU échappe à la Loi sur l’accès à l’information

Sonya Savage en mêlée de presse dans les couloirs de la législature. Elle sourit.

Pour la ministre Sonya Savage, le « Centre de l'énergie canadienne » décrit très bien la société que le gouvernement albertain vient de créer pour défendre la réputation de son secteur pétrolier.

Photo :  CBC

Nafi Alibert

En faisant de son Centre de l’énergie canadienne (CEC) une société privée, le gouvernement de Jason Kenney restreint la possibilité du public d’avoir accès à certains documents administratifs.

Les opérations internes du CEC ne sont pas assujetties à la loi sur l’accès à l’information, puisque cela donnerait un avantage tactique et/ou stratégique aux mêmes groupes d’intérêts financés par l’étranger contre lesquels le CEC veut lutter, a répondu l’attachée de presse de Jason Kenney, Christine Myatt, par courriel.

Doté d’un budget de 30 millions de dollars, le CEC a pour mission de défendre la réputation de l’industrie pétrolière albertaine. Il entend s'attaquer à ce que le gouvernement estime être de la désinformation et des mensonges sur l’industrie pétrolière canadienne.

Par exemple, nous n’allons pas permettre à [des] groupes aux capitaux étrangers qui cherchent à nuire à notre province de connaître les détails de notre plan de [contre-] attaque, a écrit Mme Myatt.

Opacité

La chef de l’opposition, Rachel Notley, s’est dite préoccupée par le manque de transparence inhérent au modèle corporatif du CEC.

Nous avons tous les droits de nous inquiéter.

Rachel Notley, chef du Nouveau Parti démocratique de l’Alberta.

Selon Mme Notley, le centre a été sciemment conçu pour empêcher les Albertains de savoir précisément qui était rémunéré, avec quel argent et pour quelle fonction.

La ministre albertaine de l’Énergie, Sonya Savage, a garanti que le modèle de société privée donnait [au CEC] plus de liberté pour être plus efficace, un des objectifs du centre étant d'être capable de réagir rapidement et d'anticiper l'avenir.

Les informations fournies par le gouvernement au centre sont, quant à elles, soumises à la Loi sur l'accès à l’information.

Le CEC reste visé par la Loi sur la protection des renseignements personnels, la Loi sur la protection des dénonciateurs et au contrôle du vérificateur général , a précisé Mme Myatt.

L’ancien journaliste et candidat conservateur Tom Olsen a été nommé directeur du CEC mercredi.

Avec les informations de Michelle Bellefontaine.

Alberta

Industrie pétrolière