•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les services en français en milieux minoritaires s’invitent au débat des chefs

Jagmeet Singh, Elizabeth May, Maxime Bernier, Justin Trudeau, Andrew Scheer et Yves-François Blanchet entourent l'animateur Patrice Roy.

Jagmeet Singh, Elizabeth May, Maxime Bernier, Justin Trudeau, Andrew Scheer et Yves-François Blanchet s'affrontent pour une dernière fois à Ottawa.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Dominique Degré

Les six chefs prenant part au débat de jeudi ont souligné à grands traits leur volonté d’améliorer la prestation de services en français en milieu minoritaire. Les aspirants premiers ministres sont restés quelque peu vagues quant à des mesures concrètes, mais ils ont presque tous indiqué leur intention de moderniser la Loi sur les langues officielles.

Marc Gravel, un Franco-Ontarien de Mississauga, a pu interpeller les chefs en leur demandant : Comment et concrètement, et de quels outils doterez-vous le Commissaire [aux langues officielles] pour qu’il puisse enfin faire respecter [la Loi sur les langues officielles] et donner à tous les francophones du Canada un service adéquat et équivalent aux autres?

La cheffe du Parti vert du Canada, Elizabeth May, y est allée d’une proposition on ne peut plus claire : donner des dents au Commissaire aux langues officielles. La chose que je pense qui est tellement importante, c’est de donner au Commissaire le pouvoir de punir , a-t-elle proposé.

Elle souhaite accorder au Bureau du Commissaire plus de pouvoir pour exiger que toutes les agences dans le domaine fédéral présentent les services adéquats et égaux pour les deux langues officielles dans la première année de [son] mandat.

Yves-François Blanchet a pour sa part martelé qu’il fallait que les francophones hors Québec puissent jouir de la même qualité de services que les anglophones de la Belle Province, chose qui passe nécessairement par le Commissaire, selon lui.

Le Commissaire aux langues officielles, pour bien faire son travail, doit ramener la notion de réciprocité, a fait valoir le chef du Bloc Québécois.

Jagmeet Singh et Andrew Scheer, malgré leurs divergences politiques, ont tenu à souligner leur intention de moderniser la Loi sur les langues officielles, en proférant au passage leur amour pour la langue de Molière. Ils n’ont cependant pas mentionné par où commencer pour mettre à jour la législation ou pour réformer le bureau du Commissaire aux langues officielles.

Jagmeet Singh (NPD), Elizabeth May (Verts) et Maxime Bernier (PPC).Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, et le chef du Parti populaire, Maxime Bernier, observent la cheffe des verts, Elizabeth May.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Notre dossier Élections Canada 2019

Le leader du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier, a indiqué que pour assurer de meilleurs services en français partout au pays, il faut que le gouvernement fédéral délaisse des enjeux qui, d’après lui, appartiennent aux provinces, comme le logement social.

[Il ne faut pas] s’ingérer dans les champs de compétence provinciale et redonner les ressources au gouvernement fédéral pour s’assurer de donner les bons services aux francophones à l’extérieur du Québec, a argué M. Bernier.

Le premier ministre sortant, Justin Trudeau, a tenu à parler du bilan de son mandat à la tête du pays, à commencer par l'implication de son gouvernement dans le dossier de l'Université de l'Ontario français. Nous, on a pu défendre les minorités francophones en Ontario et à travers le pays et on va continuer de le faire, a-t-il noté, attaquant au passage le gouvernement progressiste-conservateur de Doug Ford.

On a fait un investissement record dans les communautés francophones ou les communautés de langues officielles en situation minoritaire à travers le pays et on s’est engagé à moderniser la Loi sur les langues officielles, a ajouté M. Trudeau.

Durant son mandat, le gouvernement libéral a notamment promis des investissements 2,7 milliards de dollars sur cinq ans pour les langues officielles en milieu minoritaire.

Ottawa-Gatineau

Politique fédérale