•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trop-perçus d'Hydro : les partis d’opposition votent contre le principe du projet de loi

Le premier ministre François Legault dans une mêlée de presse.

Le premier ministre François Legault présente les augmentations de tarifs d'Hydro-Québec.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

La Presse canadienne

Les trois partis d'opposition à l'Assemblée nationale ont voté, jeudi, contre le principe du projet de loi 34 sur les trop-perçus d'Hydro-Québec.

Il s'agit d'un geste hautement inhabituel, puisque les oppositions votent normalement en faveur du principe d'un projet de loi, afin de le faire cheminer à l'Assemblée nationale, quitte à voter contre à l'étape de l'adoption.

La semaine dernière, une coalition, regroupant le Parti libéral du Québec, Québec solidaire, le Parti québécois ainsi que des entreprises et des groupes de protection des consommateurs, avait exigé le retrait du projet de loi 34 qu'elle considère comme bâclé.

La pièce législative remettrait 500 millions de dollars aux clients d'Hydro dès 2020, mais abolirait le système annuel d'évaluation des tarifs d'électricité par la Régie de l'énergie.

Les tarifs seraient plutôt gelés lors de la première année, puis fixés en fonction de l'inflation.

Elle a été déposée le 12 juin dernier par le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, pour tenter de clore la saga des trop-perçus d'Hydro-Québec qui place son parti dans une position inconfortable.

La CAQ change de cap

Dans l'opposition, la Coalition avenir Québec (CAQ) estimait que les Québécois avaient payé 1,5 milliard de dollars de plus que ce qu'ils auraient dû sur leur facture d'électricité entre 2008 et 2016. Elle exigeait le remboursement complet des trop-perçus. Mais une fois arrivée au pouvoir, la CAQ n'en a rien fait.

La proposition du ministre Julien a été bricolée sur un coin de table, selon les partis d'opposition, qui craignent qu'elle n'avantage injustement Hydro-Québec et qu'elle n'augmente les tarifs d'électricité au lieu de les réduire. En outre, ils rappellent que les 500 millions de dollars allaient de toute façon, selon la loi, être remis aux Québécois sur deux ans.

Le gouvernement Legault a refusé d'abandonner son projet de loi. Jeudi, il lui a d'ailleurs permis d'atteindre la prochaine étape du processus législatif, soit celle de l'étude détaillée.

Le processus d'adoption d'un projet de loi est le suivant : la présentation, les consultations en commission, l'adoption du principe, l'étude détaillée, la prise en considération du rapport de la commission, l'adoption puis la sanction.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique