•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dubreuilville n’oublie pas Eddy Lefrançois

Eddy Lefrançois sourit à la caméra.

Eddy Lefrançois continue d'inspirer les résidents de Dubreuilville, neuf mois après son décès.

Photo : Radio-Canada / Yvon Thériault

Radio-Canada

Le centre récréatif du canton de Dubreuilville portera désormais le nom d’Eddy Lefrançois. Cet ancien résident est mort le 4 janvier 2019 après avoir vécu pendant 26 ans avec la sclérose latérale amyotrophique (SLA).

Eddy Lefrançois a été une source d’inspiration pour ses proches, la communauté de Dubreuilville et des gens d’un peu partout.

Le choix de l’aréna pour lui rendre hommage était tout à fait approprié selon sa sœur, Lise Michaud, puisqu’il était un grand amateur de hockey.

Quand ils nous ont dit que ce serait le centre récréatif, l’aréna qui porterait son nom, ça nous a fait vraiment chaud au cœur, confie-t-elle.

Il était toujours à l’aréna pour les tournois de hockey, ajoute Mme Michaud. Il avait son “spot” à lui, qu’on va sûrement identifier.

Une plaque avec une photo d'Eddy Lefrançois.

L'association de hockey mineur de Dubreuilville présente depuis 2005 la plaque honorifique Eddy K. Lefrançois au joueur ou à la joueuse qui a fait preuve du plus de persévérance.

Photo : Radio-Canada

Mme Michaud raconte que les résidents de Dubreuilville continuent de parler d’Eddy presque tous les jours.

On pense qu’il va revenir parce qu’il était tellement présent dans la vie de tout le monde.

Lise Michaud, sœur d'Eddy Lefrançois

Elle explique que de nombreuses activités afin d'amasser des fonds pour la recherche sur la SLA ont eu lieu à Dubreuilville depuis janvier, pour poursuivre le legs d'Eddy Lefrançois qui avait créé l'organisme Let’s Roll Out ALS.

Environ 8 personnes sur 10 atteintes de la SLA, communément appelée maladie de Lou Gehrig, survivent entre 2 et 5 ans après avoir reçu le diagnostic.

Cela n’a pas freiné Eddy Lefrançois, qui a voulu profiter au maximum de la vie.

Il a fait plusieurs voyages et a participé à plusieurs activités qui semblent à première vue impossibles pour quelqu’un qui reçoit un diagnostic de SLA.

Eddy faisait des présentations et la plupart du monde [à qui il parlait] n’avait même pas fait le quart de ce que lui avait fait.

Lise Michaud, sœur d'Eddy Lefrançois
Eddy Lefrançois est sur scène dans son fauteuil roulant devant un écran géant où l'on peut voir des photos de lui alors qu'il était plus jeune et en plein santé.

Eddy Lefrançois a raconté à plusieurs reprises comment il continuait de profiter pleinement de la vie malgré son lourd handicap. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Mathieu Grégoire

Une cérémonie pour officialiser le nouveau nom du centre récréatif a eu lieu vendredi après-midi.

Nord de l'Ontario

Engagement communautaire