•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De réfugiée à étudiante grâce au Cégep de Sherbrooke

Grâce Bisimwa entourée de Mathieu Poulin-Lamarre et de Méliane Léveillé.

Grâce Bisimwa entourée de Mathieu Poulin-Lamarre et de Méliane Léveillé.

Photo : Radio-Canada / Jean Arel

Radio-Canada

Le Cégep de Sherbrooke parraine une première étudiante réfugiée. Grâce Bisimwa est arrivée le 12 août dernier. C'est un effort financier de tous les étudiants et des professeurs qui lui a permis de quitter son camp de réfugiés en Ouganda et de devenir résidente permanente de Sherbrooke,

Grâce Bisimwa est originaire du Congo et a été réfugiée en Ouganda avec sa tante pendant plusieurs années. Elle s'adapte très bien à sa nouvelle vie d'étudiante. J'aime le fait que tout le monde est gentil. Tout le monde me parle bien. Je me sens à l'aise. Mais je n'aime pas le froid, avoue celle qui aura bien le temps de s'y habituer.

C'est l'enseignante Valérie Dubé qui a importé le projet du Cégep Lévis-Lauzon. Je me suis rendu compte que c'était un projet auquel il n'était juste pas question que le Cégep de Sherbrooke n'adhère pas, explique-t-elle.

Mme Dubé a dû convaincre les étudiants du Cégep de payer trois $ de plus par année et le Syndicat des enseignants de contribuer pour une somme de 10 000 $ sur cinq ans.

C'est un ensemble d'ententes qu'on a dû avoir avec l'association étudiante, les professeurs, mais aussi avec l'administration du cégep qui consent à offrir à l'étudiante une chambre de résidence gratuite pour l'année et à soustraire les frais de scolarité, ajoute-t-elle.

C'est vraiment impressionnant. C'est vraiment très bien parce que c'est un programme qui donne de l'espoir aux réfugiés. Ça donne de l'espoir aux gens qui sont au camp sans pouvoir aller à l'école.

Grâce Bisimwa, étudiante réfugiée au Cégep de Sherbrooke

Un comité a été formé pour l'accompagner. Ce que j'entends, ça va quand même bien pour ses cours, mais c'est sûr que si elle a besoin d'aide, on va toujours être là pour l'aider à réussir ses cours et l'aider à les passer haut la main, exprime Méliane Léveillé, étudiante au Cégep de Sherbrooke.

Tout est différent mais je fais de mon mieux pour m'en sortir, assure Grâce Bisimwa dont le rêve est de travailler auprès des enfants, une fois ses études complétées.


Estrie

Immigration