•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

SPVM : des techniques de gestion de crise plutôt que des pistolets à impulsion électrique

Pistolet à impulsion électrique.

Un pistolet à impulsion électrique

Photo : La Presse canadienne / Jim Slosiarek

Radio-Canada

L'administration de la mairesse de Montréal, Valérie Plante, met en veilleuse le projet de fournir un pistolet à impulsion électrique à chaque duo de patrouilleurs du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Cet objectif avait été annoncé par le SPVM, l'an dernier, pour faire suite à l’une des recommandations du coroner Luc Malouin qui s'était penché sur la mort de l'itinérant Alain Magloire lors d'une intervention policière qui avait mal tourné en février 2014.

L'administration Plante ne ferme pas la porte à la volonté du SPVM, mais elle a convenu avec son service de police de mettre l'accent sur une formation accrue aux techniques de gestion de crise.

Le nombre d'armes à impulsion électrique est d'ailleurs cinq fois plus important qu'il ne l'était avant la publication du rapport du coroner Malouin, selon Rosannie Filato, responsable de la Sécurité publique au comité exécutif de la Ville de Montréal.

Elle ajoute qu'équiper de ce type d'arme chaque duo de patrouilleurs sur l'ensemble de son territoire n'est pas une priorité pour l'administration de la mairesse Valérie Plante.

On a décidé de reporter la discussion en 2020. Notamment en raison des recommandations qui ont été faites lundi par les trois chercheurs en lien avec le profilage racial. Pour nous, ça va être important de miser vraiment sur les formations des policiers et policières par rapport à cette notion-là et aussi par rapport à la notion de désescalade

Rosannie Filato, la responsable de la Sécurité publique à la Ville de Montréal

Le SPVM maintient toutefois son objectif, affirme l'inspecteur André Durocher.

Idéalement c'est ce qu'on vise pour avoir cette rapidité d'intervention. Des fois, c'est une question de minutes. S’il y a deux-trois minutes de différence, ça peut être majeur parce que ça peut être toute la différence entre l'utilisation de l'arme à feu et une arme intermédiaire qui est moins dangereuse. Donc pour nous c'est important d'aller de l'avant, indique-t-il.

En avril 2018, le SPVM annonçait qu'il allait doter chaque duo de policiers d'un pistolet à impulsion électrique d'ici 2020. Cette annonce avait fait réagir l'administration Plante à l'époque. La présidente de la Commission de la sécurité publique, Nathalie Goulet, avait affirmé que l'administration ignorait que le SPVM allait annoncer cette décision et avait assuré que la décision de financer ou pas cette acquisition serait prise par la Commission et personne d'autre.

Les discussions entre l'administration Plante et le SPVM à ce sujet devraient se poursuivre l'an prochain, mais sans calendrier précis pour le moment.

Avec les informations d'Éric Plouffe

Grand Montréal

Forces de l'ordre