•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réflexion sur le hip-hop et la francophonie avec le rappeur Jacobus

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Un homme portant une casquette portant l'inscription Jacobus tient un micro près de sa bouche.

AUDIO | Le rappeur Jacobus de passage au BreakOut West qui se déroulait à Whitehorse, au Yukon, cette année.

Photo : Radio-Canada

L'invitation de Jacobus aux festivaliers est claire : découvrir des genres musicaux et des artistes qui nous sortent de notre zone de confort. De passage à Whitehorse durant le BreakOut West la semaine dernière, il offre sa réflexion après plus d'une décennie dans l'industrie musicale canadienne.

L'artiste néo-écossais célèbre la francophonie, mais souhaite qu'elle ne limite pas le choix du public. Il appelle à décloisonner les genres.

Il y a la fierté des francophones qui se rassemblent ensemble [...] il faudrait que ce soit plus mélangé, que les francophones aillent voir les anglophones et que les anglophones aillent voir les francophones. Le monde danserait à ma musique même s'ils ne comprennent rien.

Jacobus, musicien

Signe de changement? L'artiste manitobaine Rayannah a remporté le prix de Productrice de l'année aux Western Canadian Music Awards, la semaine dernière.

Elle devient ainsi la première francophone à le ravir. Elle le remporte avec son collègue Mario Lepage.

Pour sa part, Jacobus prévoit un passage possible, mais ce n'est pas encore confirmé, à Whitehorse au courant de l'été 2020.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !