•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La défense demande au jury de se « projeter » dans la vie d’Ugo Fredette

Croquis d'Ugo Fredette pendant son procès.

Le procès d'Ugo Fredette se déroule au palais de justice de Saint-Jérôme.

Photo : Croquis fourni par la cour

Geneviève Garon

Il faut se mettre à la place d'Ugo Fredette, dont la conjointe insultante et violente l’a poussé à bout jusqu’à ce qu'il explose et tue deux personnes sans en avoir l’intention. C’est ce qu'a plaidé son avocat jeudi matin au palais de justice de St-Jérôme.

C'est important que vous vous projetiez dans ce type de relation de couple, a affirmé l’avocat d’Ugo Fredette, Louis-Alexandre Martin. Citant leur ancien thérapeute, il a insisté pour dire que Véronique Barbe et l’accusé formaient un couple immature et impulsif. Ils se disputaient, il la critiquait, elle criait, l’insultait et faisait de la médisance.

Le 14 septembre 2017, Ugo Fredette aurait tenu tête à sa conjointe lors d’une dispute à leur résidence de St-Eustache. La femme de 41 ans « tempête » et le pousse dans les escaliers. Il ne faut pas balayer du revers de la main que c’est un geste de violence. Pousser quelqu’un c’est [une] voie de fait, indique Me Martin. Elle brandit un couteau, le menace, lui assène un coup. La colère d'Ugo Fredette explose.

Il n’est pas illogique de croire qu’une personne ordinaire aurait pu avoir le chaudron qui a explosé... Aurait pu atteindre son point de rupture, poursuit l’avocat.

Ugo Fredette dit souffrir d'amnésie et ne se souvient pas d'avoir poignardé sa conjointe à de multiples reprises. Il n'est pas illogique de croire qu'il est resté haut perché dans sa colère et qu'il ne retrouve ses esprits qu'en voyant Véronique Barbe inerte au sol, soutient Me Martin.

L'image de sa blonde ensanglantée [...] l'a marqué au fer rouge et l'a hanté pour toute la séquence des événements, indique-t-il.

Jamais prévu de tuer Yvon Lacasse

En panique, perturbé, Ugo Fredette fuit la maison avec un enfant. À une halte routière de Lachute, il voit un inconnu tirer les mains de l'enfant. Pour le protéger, Ugo Fredette se bat avec Yvon Lacasse et lui fait une prise de judo qui le projette au sol. L'homme de 71 ans ne se relèvera plus. Rien n'était planifié, une conclusion qui n'est pas farfelue, soutient Me Martin.

L'avocat n'a pas soufflé un mot sur le fait que son client est parti au volant du véhicule du septuagénaire, a déposé le corps dans un boisé, et a ensuite poursuivi sa cavale avec l'enfant jusqu'en Ontario, où il a été arrêté le lendemain.

Le rapport du pathologiste critiqué

Me Martin a remis en question le rapport du pathologiste, le docteur André Bourgault, qui n'a pas pu établir avec certitude la cause de la mort, étant donné l'état de putréfaction du corps. Quand il dit que c'est un coup de pied qui a causé la mort, son guess est aussi bon que le mien. [...] Il n'est fondé sur strictement rien.

La défense fait appel au gros bon sens du jury afin qu'il reconnaisse qu'il n'y a pas de preuve qu'Ugo Fredette a harcelé sa conjointe dans les jours précédant sa mort ou qu'il l'a séquestrée.

Si le moindre doute raisonnable subsiste dans l'esprit des jurés, vous avez le devoir d'avoir le courage de dire non, a conclu Me Martin.

Le terme courage a toutefois été rectifié par la juge Myriam Lachance quelques minutes plus tard, lorsqu'elle a expliqué au jury que son travail est de rendre une décision impartiale.

Dans sa déclaration d'ouverture, il y a deux semaines, la défense a affirmé qu'Ugo Fredette avait commis des homicides involontaires.

La Couronne plaide vendredi

Si la défense a plaidé en moins d'une heure trente, la poursuite a laissé entendre qu'elle prendrait une journée complète pour s'adresser au jury, vendredi.

Selon le ministère public, Ugo Fredette, 44 ans, est coupable de deux meurtres au premier degré. Il aurait tué sa conjointe parce qu'il n'acceptait pas leur rupture et aurait ensuite piégé Yvon Lacasse à la halte routière pour voler son véhicule et poursuivre sa cavale.

La poursuite est représentée par les procureurs Steve Baribeau, Alexis Marcotte-Bélanger et Karine Dalphond.

Procès et poursuites

Justice et faits divers