•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le développement régional au cœur du débat fédéral dans Rimouski-Neigette

Les candidats dans la circonscription de Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques réunis autour d'une table d'animation radio.

Cinq candidats aux élections fédérales ont croisé le fer lors d'un débat organisé par la radio CFYX-FM 93 de Rimouski, jeudi.

Photo : Radio-Canada

Miriane Demers-Lemay

Le développement des régions était au cœur des échanges musclés entre les candidats aux élections fédérales pour la circonscription de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques, jeudi.

Moins de deux semaines avant les élections, Guy Caron, candidat du Nouveau Parti démocratique, Chantal Pilon, du Parti libéral du Canada, Nancy Brassard-Fortin, du Parti conservateur du Canada, ainsi que Maxime Blanchette-Joncas du Bloc québécois et Jocelyn Rioux du Parti vert ont défendu leurs positions sur différents enjeux sur les ondes de la radio CFYX-FM 93 de Rimouski, jeudi. Le candidat du Parti populaire du Canada, Pierre Lacombe, a décliné l’invitation de la station pour participer à l’échange.

Un député du parti au pouvoir ou de l’opposition?

Les candidats ont été amenés à se prononcer sur les propos du maire de Rimouski Marc Parent, qui a invité la population à voter pour le parti le plus susceptible de remporter les élections.

Guy Caron, qui a représenté la circonscription au cours des huit dernières années, a défendu son bilan et a argumenté que certaines circonscriptions représentées par l’opposition avaient obtenu plus d’investissements que celles du parti au pouvoir au cours des dernières années.

Guy Caron en entrevue

Le néo-démocrate Guy Caron a affirmé vouloir continuer à représenter la région à Ottawa.

Photo : Radio-Canada

De son côté, Chantal Pilon a affirmé que le Parti libéral gouvernait pour tout le monde, mais que les circonscriptions ayant un député se préoccupant d’enjeux locaux pouvaient avoir plus de succès pour attirer des investissements.

La conservatrice Nancy Brassard-Fortin s’est quant à elle attaquée à plusieurs reprises au bloquiste Maxime Blanchette-Joncas, argumentant que le Bloc avait réussi à faire passer seulement trois projets à la Chambre des communes. Elle a qualifié le parti de « faux sauveur » qui ne peut réaliser ses projets puisqu’il n’a pas de budget.

Ça donne quoi d’avoir un député au pouvoir pour l’utiliser contre nous, d’imposer un pipeline sans acceptabilité sociale? a répondu le bloquiste, en se référant notamment à la volonté du Parti conservateur d’établir un corridor énergétique d’est en ouest, malgré l'opposition dans la province.

Maxime Blanchette-Joncas.

Le candidat Maxime Blanchette-Joncas souhaite représenter le Bloc québécois dans la circonscription.

Photo : Radio-Canada

Développement régional

Concernant le développement régional, les candidats se sont prononcés sur la couverture cellulaire, le développement de l’autoroute 20 et les investissements sociaux. Guy Caron a insisté sur l’importance de miser sur la couverture cellulaire, tandis que Chantal Pilon a affirmé que les investissements étaient disponibles, mais que le dossier coinçait au niveau de certaines entreprises privées moins collaboratives et de la pénurie de main-d’œuvre.

Nancy Brassard-Fortin a quant à elle promis le prolongement de l’autoroute 20 si elle est élue. Je mets ma tête sur la bûche pour la livrer, dit-elle. Je peux vous promettre qu’on va voir des pelles, du sable et des gros trucks en action. Je vais avoir du vrai budget. Les candidats bloquiste, néo-démocrate et libéral ont répondu que le dossier était de juridiction provinciale et que le fédéral ne pouvait que soutenir financièrement le projet. Le candidat du Parti vert s'est quant à lui questionné sur l'impact du rallongement de l'autoroute sur les terres agricoles.

Nancy Brassard-Fortin

Nancy Brassard-Fortin fait du prolongement de l'autoroute 20 son cheval de bataille de la campagne électorale.

Photo : Radio-Canada

Nancy Brassard-Fortin a expliqué que son parti réduirait les taxes et impôts, et abolirait la taxe carbone, tout en créant un poste de ministre au Développement rural. Ce à quoi Chantal Pilon s’est dite surprise de la volte-face du Parti conservateur quant au développement des régions, mentionnant les coupures du gouvernement de Stephen Harper, incluant la perte de 55 chercheurs à l’Institut Maurice-Lamontagne (IML) et de fonctionnaires fédéraux dans la région.

Chantal Pilon a parlé de l’importance des programmes de compensation à la gestion de l’offre, de transferts intergénérationnels et de soutien à la santé mentale pour les agriculteurs, les acériculteurs et les travailleurs forestiers. Elle a énuméré les mesures prises par les libéraux pour sortir des milliers de familles de la pauvreté et stimuler l'économie de la classe moyenne.

Chantal Pilon.

La libérale Chantal Pilon soutient qu'elle connaît bien les enjeux de la région, puisqu'elle est impliquée dans la communauté depuis 23 ans.

Photo : Radio-Canada

Guy Caron a quant à lui dénoncé les investissements des libéraux concernant les producteurs agricoles, qui sont insuffisants et qui ont été annoncés juste avant le début de la campagne, selon lui. Il a également expliqué que le NPD souhaitait travailler avec les provinces pour intégrer une assurance-médicaments et une assurance-dentaire.

Maxime Blanchette-Joncas a dit souhaiter réduire le nombre d’heures pour que les travailleurs aient accès à l’assurance-emploi. Il veut baisser le prix des médicaments et instaurer des crédits d’impôt pour les logements intergénérationnels.

Environnement et laïcité

Tous les candidats ont promis des mesures pour l’environnement. On veut mettre de l’avant nos régions pour sortir du pétrole le plus rapidement possible, a affirmé Maxime Blanchette-Joncas.

Guy Caron mise quant à lui sur l’électrification des transports et la rénovation du parc immobilier, tout en se positionnant contre le développement de l’industrie pétrolière et gazière. Il a mentionné que des programmes devraient également être créés pour les travailleurs de ces industries.

Chantal Pilon a défendu le bilan du Parti libéral, notant les projets enclenchés pour éliminer l’usage du plastique à usage unique et les centrales au charbon. Le candidat du Parti vert a proposé l’électrification des véhicules de Postes Canada, tandis que Nancy Brassard-Fortin a offert des crédits d’impôt pour favoriser les innovations techniques, pouvant notamment toucher l’isolation des bâtiments.

Jocelyn Rioux.

Jocelyn Rioux du Parti vert mise sur l'environnement dans la campagne électorale.

Photo : Radio-Canada

Sur la loi 21, Maxime Blanchette-Joncas a affirmé que le Bloc sera le seul parti à défendre cette loi à Ottawa, tandis que les autres candidats ont dit vouloir respecter la volonté de la province dans ce dossier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Politique